Les Sapeurs de Bouaké colmatent des nids-de-poule sur la nationale A3

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

La Génération sapologie de Côte d’Ivoire (GSAPCI), un mouvement ivoirien de la Société des ambianceurs et des personnes élégantes (SAPE) a initié dimanche 21 février 2021 à Bouaké, une opération de colmatage de quelques nids-de-poule sur le tronçon nord-sud de la nationale A3 (la route internationale reliant Abidjan aux pays de l’hinterland en passant par le centre), précisément à quelques mètres de l’immeuble Kangah au quartier Dougouba, a constaté Bouaké360 sur place dans la deuxième ville du pays .

Cette opération volontaire, qui rentre dans le cadre d’une matrice d’action sociale plus globale de cette association des sapeurs ivoiriens est une manière de démontrer que le « sapeur ne se sape pas seulement pour se saper mais qu’il est aussi un acteur de développement », a soutenu d’entrée, le président de la GSAPCI Bouaké, Salia Ouattara alias Le Sapologue N Cantador Seone.

« Nous sommes des acteurs sociaux et culturels nous contribuons aussi au développement de notre pays, la Côte d’Ivoire. C’est vrai que nous sommes des sapeurs mais nous on ne sape pas pour saper on sape pour réaliser des projets », a-t-il réitéré, soulignant que « c’est ce qui fait la différence » avec d’autres mouvements similaires.

Selon l’étudiant en Licence 2 d’anglais, le fait de boucher les nids-de-poule à cet endroit précis de la Nationale A3 (ndlr : en face de la pharmacie de la cité), est une action citoyenne et « nécessaire » parce que « cette voie est une voie internationale et depuis bien longtemps on constate des petits accidents ici ».

« Aujourd’hui lorsqu’on venait pour cette action les gens qui nous ont vu bien sapé, bien habillé, ont cru qu’on partait à une manifestation, à une soirée » , ce qui n’est pas le cas, a ensuite fait remarquer Salia Ouattara.

Pour Le Sapologue N Cantador Seone, la réalisation effective de l’émergence tant prônée par les dirigeants ne doit pas être seulement une affaire du gouvernement mais « il faut aussi une mentalité émergeante ».

« Chacun doit s’y mettre en faisant un effort personnel pour contribuer aussi au développement du pays et c’est en cela que nous serons vraiment une nation émergeante », a-t-il par la suite argumenté, affirmant que cette opération de réparation de nids-de-poule avec du sable, du ciment, du gravier et de l’eau a été entièrement réalisée sur fond propre de son association.

« Ce n’est pas grande chose. Si on a un accompagnement de notre gouvernement je sais qu’on va réaliser de grandes choses », a-t-il conclu avant d’égrener quelques actions de la GSAPCI à ses « propres frais » dont entre autres l’initiation d’une caravane de la paix lors de la présidentielle d’octobre 2020 et une caravane de sensibilisation sur le Coronavirus.  

La GSAPCI a été créée il y a seulement 2 mois.

La Société des ambianceurs et des personnes élégantes (plus connue sous l’acronyme SAPE) est un mouvement culturel et de société originaire des deux Congo (République démocratique du Congo et république du Congo). Ce courant est comparé au dandysme et ses adeptes, appelés les sapeurs, s’habillent ainsi chez les grands couturiers, et pratiquent la « sapologie », art de bien se « saper ».

Cheik Koné

Début des travaux d’aménagement de la nationale A3 à Bouaké

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Les travaux d’élargissement de la nationale A3 ont démarré depuis quelques jours à Bouaké avec une vaste opération de déguerpissement des installations sous les emprises de cette route internationale qui traverse la ville du nord au sud, a constaté Bouaké360 sur place.

Construction de canalisations, destruction des panneaux publicitaires et réinstallation des poteaux électriques sont entre autres quelques faits visibles de cette vaste opération qui s’étend du carrefour Saint Camille du quartier Nimbo au sud de la ville jusqu’au corridor nord.

Long de 11 km avec une emprise de 36 mètres de largeur contre 20 mètres actuellement, ce tronçon de la nationale A3 qui traverse la ville de Bouaké du corridor sud au corridor nord sera aménagé en 2X2 voies avec un terre plein central pour empêcher la circulation anarchique d’un coté à l’autre de la route.

Annoncé depuis 2017, ce projet financé par la Banque mondiale et l’Etat de Côte d’Ivoire dans le cadre du « Projet de renforcement des infrastructures pour le développement urbain et la compétitivité des agglomérations secondaires » (Piducas) comprend deux autres sous-composantes que sont le bitumage de la route principale du quartier Tollakouadikro (6 km), au nord de Bouaké et la réalisation d’une aire de repos de 8 hectares au corridor nord.

 « Au terme des travaux, Bouaké sera doté d’un paysage urbain coquet et admirable », avait déclaré en février 2017 le maire Nicolas Youssouf Djibo lors d’une cérémonie de présentation du projet aux populations de la ville.

Ainsi, avait-il expliqué « la Nationale A3, dans notre cité, sera plus grande (elle passera de 20m de largeur à 36m), dotée de dispositifs pour une circulation ordonnée et fluide. Contrairement à ce que l’on voit de nos jours ».

Cheik Koné