Marche silencieuse de la JPAD à Bouaké en hommage à Hamed Bakayoko

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

La Jeunesse Panafricaine Démocrate (JPAD) a organisé une marche silencieuse le samedi 20 mars 2021 à Bouaké, dans le centre ivoirien, en hommage à son président d’honneur, le défunt premier ministre Hamed Bakayoko.

Partie du palais du carnaval au quartier Commerce, en plein cœur de Bouaké, la procession de la JPAD composée de plusieurs centaines de jeunes tous de blanc vêtu s’est ensuite ébranlée vers le siège régional du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir) à N’Gattakro, où était prévue une séance de prière pour le repos de l’âme de l’illustre disparu.

 « Il était important d’organiser cette marche pour célébrer l’homme d’État qui était Hamed Bakayoko. Il était prêt à tout pour les autres pour cela nous sommes venus lui témoigner notre affection, notre amour à l’endroit de la personne », a déclaré à la fin de la marche, le président de la JPAD international, Soumaila Sylla alias Chado Walker.

Aussi, a-t-il poursuivi « nous voulons dire au président de la République Alassane Ouattara que les jeunes, les ivoiriens sont avec lui, nous compatissons à cette grande douleur qu’il traverse et il doit être debout pour la Côte d’Ivoire, pour les ivoiriens et pour l’avenir ».

Selon M. Sylla qui s’exprimant devant la presse, le premier ministre Hamed Bakayoko « était un symbole pour nous. Il était le président d’honneur de notre organisation » et « face à cette disparition à laquelle nous ne nous attendions vraiment pas aujourd’hui nous sommes totalement effondrés et nous ne pouvons dire autre chose que Dieu a donné, Dieu a repris ».

Après lui, le Directeur général (DG) du siège du RHDP Bouaké, maître Yaya Koné qui représentait pour l’occasion le ministre des transports Amadou Koné, a salué l’initiative de la JPAD car dira-t-il « l’humanité qui a prévalu tout le long de la vie du premier ministre Hamed Bakayoko doit pouvoir nous inspirer nous tous ».

« Vraiment c’est à l’honneur du jeune frère (Chado Walker) que je voudrais remercier et toutes ces personnes qui sont venues et toutes les religions qui sont venues pour cette séance de prière. Je voudrais inviter la jeunesse à l’humilité », a-t-il conclu.

Après la marche d’hommage qui a été suivie de prières pour le repos de l’âme du premier ministre, cette double cérémonie riche en émotion a pris fin par la remise d’une motion de la JPAD au directeur du siège du RHDP.

Le premier ministre, Hamed Bakayoko est décédé le 10 mars dernier en Allemagne des suites d’un cancer du foie. Depuis, vendredi 19 mars 2021, il repose à jamais sur les terres de ses ancêtres à Seguela, dans le centre-ouest ivoirien, où il a été inhumé dans la plus stricte intimité familiale.

Eliezer Rodemi

Décès de Hamed Bakayoko : Guillaume Soro rend hommage à son « ami » et « frère » (Communiqué)

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

J’apprends avec une immense douleur le rappel à Dieu ce jour, du Premier ministre Hamed BAKAYOKO, Ministre de la Défense et Chef du Gouvernement, mon ami, mon frère. En ces moments de chagrin, mes pensées émues vont à l’endroit de Yolande son épouse et de ses enfants dont je partage le chagrin et la souffrance.

Je m’incline devant la douleur du Worodougou qui, avec cette disparition, perd l’un de ses cadres les plus éminents. Je partage le deuil sincère du peuple ivoirien qui garde de l’illustre disparu, qui fut longtemps mon proche collaborateur et conseiller spécial, l’image d’un homme généreux, ouvert et proche de ses concitoyens.

Les circonstances de la vie hélas nous ont conduit à emprunter des parcours politiques différents, opposés et quelquefois conflictuels mais nous avons su, par-dessus tout, garder et préserver notre fraternité et notre affection réciproques.

Sa disparition constitue une perte pour notre pays.

Guillaume Kigbafori Soro

− Ancien Premier ministre

− Ancien Président de l’Assemblée nationale

République de Côte d’Ivoire

Journée des femmes : Alpha Blondy rend hommage à celles qui « assurent la continuité du réel »

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

« Les hommes rêvent, se fabriquent des mondes idéaux et des dieux. Les femmes assurent la solidité et la continuité du réel. Elles sont les piliers de nos vies, de notre société », a écrit lundi 08 mars 2021 sur sa page officielle facebook, le reggaeman international Alpha Blondy, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes.

Derrière chaque grand homme il y a une femme, et cette femme est sa mère. Femme de courage et de sacrifice. Le travail d’une femme vaut plus que le discours de cent hommes. Un jour ne suffira jamais à les honorer, poursuit le chanteur ivoirien, avant de légender la photographie qui accompagne son poste.

C’est « Ma Maman assise devant sa machine à coudre vers 1962 à Odienné. Je me souviens de ces moments. A cette époque j’avais déjà conscience du sacrifice de vie que font les femmes en voyant ma Maman et ma Grand-mère à l’ouvrage, chaque jour avec courage et dignité », souligne-t-il.

« Célébrons ces âmes de lumière qui illuminent nos chemins et se font prière sans relâche pour nous guider », en ce jour du 8 mars : Journée internationale des droits des femmes, conclut Alpha Blondy.

La Journée internationale des femmes (selon l’appellation officielle de l’ONU), ou journée internationale des droits des femmes dans certains pays comme la France, est célébrée le 8 mars chaque année. Elle met en avant la lutte pour les droits des femmes et notamment pour la réduction des inégalités par rapport aux hommes.

Cette journée est issue de l’histoire des luttes féministes menées sur les continents européen et américain.

Cheik Koné

Bouaké rend hommage à N’Sikan et baptise une avenue en son nom

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

La ville de Bouaké avec à sa tête son premier magistrat, Nicolas Youssouf Djibo, a rendu un hommage posthume, le vendredi 08 janvier 2021, à Kouamé Konan N’Sikan, père fondateur de la compagnie Union des transports de Bouaké (UTB).

Au cours de cette cérémonie, initiée par le maire Djibo, une avenue, longue de 2,7 km du quartier Zone industrielle, au nord-ouest de Bouaké, a été baptisée du nom du célèbre homme d’affaire, en présence de sa famille et de l’ancien ministre Michel Amani N’Guessan et du DG du trésor et de la comptabilité publique, Konan Jacques Assahoré, tous deux, cadres de la région de Gbêkê.

 Décédé le 09 janvier 2019 à l’âge de 88 ans, Kouamé Konan N’Sikan, «ce précieux acteur de développement, aussi exceptionnel que multidimensionnel aura marqué d’une empreinte indélébile son temps et celui de ses contemporains », a témoigné le maire Djibo, lors de sa prise de parole. C’est justement pourquoi, dira-t-il ensuite que les fils et filles de Bouaké, par la volonté du conseil municipal, ont souhaité écrire en lettres d’or, le nom Kouamé Konan N’Sikan sur cette avenue du quartier Zone Industrielle».

Ce qui, aura pour effet, a conclu, le maire de Bouaké, d’inscrire dans la mémoire collective de sa ville, les valeurs enseignées tout au long de sa vie par ce bâtisseur hors-pair.

Kouamé Konan N’Sikan a laissé en héritage à la Côte d’Ivoire, plusieurs fleurons de l’économie notamment dans les secteurs du transport avec UTB et AH transports, des hydrocarbures (SODEPCI), des carrières (SEGRACO), de l’hôtellerie (ELEPHANT et ATEGO), du génie civil (TP N’SIKAN), ainsi que dans la filière cola avec la COMPALMCI.