Guinée : Alpha Condé arrêté par les putschistes

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Sur une image surréaliste, quatre éléments lourdement armés du Groupement des Forces Spéciales (GFS) se tiennent devant Alpha Condé dans un salon du palais présidentiel, rapporte ce dimanche, l’Agence de presse Africaine (APA news), dans une dépêche.

L’homme fort de Conakry est tombé de son piédestal. Tôt ce matin, le Groupement des Forces Spéciales (GFS) avait lancé un assaut aux abords de la Sékoutoureya, le palais présidentiel. Cette unité d’élite de l’armée guinéenne est dirigée par le colonel Mamady Doumbouya, un ancien légionnaire de l’armée française.

Dans un communiqué, le ministère guinéen de la Défense nationale a déclaré que « la Garde présidentielle, appuyée par les forces de défense et de sécurité, loyalistes et républicaines, ont contenu la menace et repoussé le groupe d’assaillants ».

Mais la réalité semble tout autre. Un membre du GFS, dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux, s’assoit sur un canapé à côté d’Alpha Condé (83 ans) pour lui demander s’il a été brutalisé dans cette opération. Le président déchu, qui porte un jeans et une chemise à moitié déboutonnée, a l’air perdu. Tout est allé si vite qu’il ne semble pas comprendre la situation. Alpha Condé se mure alors dans le silence.

Son tombeur, le colonel Mamady Doumbouya est un Malinké (l’une des ethnies de la Guinée) récemment rentré au pays pour prendre la tête du Groupement des Forces Spéciales (GFS) créé en 2018.

Dans une déclaration filmée, il a annoncé la dissolution de la Constitution en vigueur, des institutions, du gouvernement et la fermeture des frontières terrestres et aériennes.

Poursuivant, le colonel Mamady Doumbouya a appelé « ses frères d’arme à l’unité afin de répondre aux aspirations légitimes du peuple de Guinée ».  Le nouvel homme fort de Conakry a également invité les Forces de défense et de sécurité à « rester dans les casernes pour continuer leurs activités régaliennes », non sans promettre de ne pas « reprendre les erreurs du passé ».

Réélu en 2020 pour un troisième mandat, Alpha Condé est le président de la Guinée depuis 2010. Une révision controversée de la Constitution lui a permis de se présenter et de gagner, avec 59,49 % des suffrages valablement exprimés, l’élection du 18 octobre 2020 devant son rival Cellou Dalein Diallo.

Source : http://www.apanews.net

«Aucun cas d’Ebola n’a été déclaré en Côte d’Ivoire» (Gouvernement)

Bouaké360-Abidjan (Côte d’Ivoire)

Déclaration du gouvernement relative aux risques de propagation de l’épidémie de la Maladie à Virus Ebola (MVE) de la Guinée en Côte d’Ivoire.

Le Gouvernement de la République de Guinée a déclaré le 14/02/2021 une épidémie de Maladie à Virus Ebola à Gouecké dans la préfecture de N’zérékoré, localité qui partage une frontière avec l’ouest de la Côte d’Ivoire.

A l’issue des premières investigations, sept (07) cas dont trois (03) décès ont été enregistrés.

Le Gouvernement de Côte d’Ivoire, face à la menace sanitaire importante pour notre pays à cause du risque de propagation transfrontalière de l’épidémie de Maladie à Virus Ebola voudrait rassurer les populations qu’aucun cas d’Ebola n’a été déclaré en Côte d’Ivoire.

Le Gouvernement voudrait aussi rappeler que le CNS lors de sa dernière session a déclaré l’Etat d’Urgence Sanitaire.

Le dispositif actuel de lutte contre la Covid 19 demeure et restera opérationnel pour la lutte contre la maladie à virus Ebola sous la coordination du Comité Technique de veille.

Pour réduire ce risque de propagation transfrontalière de la maladie à virus Ebola, le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique a arrêté les mesures suivantes :

– La réactivation du Centre des Opérations d’Urgence en Santé Publique en mode lutte contre Ebola avec la désignation d’un gestionnaire d’incident ;

– L’actualisation du plan national de préparation et de réponse à la MVE avec la mise en fonction du Centre de Traitement Ebola (CTE) de Man ;

– La mise en mission des Directions Régionales de la santé surtout dans les zones frontalières (Man, Guiglo, Odienné, San-Pedro) pour :

Renforcer la surveillance à base communautaire pour la détection rapide des cas suspects de Maladie à Virus Ebola (MVE) ;

Réactiver les comités de vigilance sanitaire des villages des localités frontalières ;

Renforcer la surveillance des fièvres hémorragiques dans les établissements sanitaires ;

– Maintenir et renforcer le contrôle sanitaire aux points d’entrée (Aéroports, ports, frontières terrestres) ;

– Organiser l’information et la sensibilisation des populations sur les mesures de prévention de la MVE sous le leadership des préfets des régions surtout ceux partageant une frontière avec la République de Guinée ;

Par ailleurs, le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique invite les populations au strict respect des mesures suivantes :

– Se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou se frotter les mains avec une solution hydroalcoolique ;

– Désinfecter les secrétions biologiques (urines, selles, sang, vomissement, sueur…) des malades avec l’eau de javel ;

– Se rendre immédiatement à l’hôpital en cas de fièvre, maux de tête, saignements pour bénéficier d’une prise en charge précoce ;

– Limiter les mouvements transfrontaliers avec les zones affectées par la Maladie à Virus Ebola ;

– Eviter les contacts directs avec les sécrétions biologiques des malades de la MVE (urines, selles, sang, vomissement, sueur…) ;

– Eviter tout contact rapproché avec les personnes présentant les signes évocateurs de la MVE (fièvre, maux de tête, saignement) ;

– Eviter de se serrer les mains et de faire des accolades ;

– Eviter de manipuler les corps pendant les rites funéraires

Le Gouvernement rappelle que certaines mesures sont déjà en vigueur dans le cadre de la lutte contre la Covid 19 et en appelle donc au strict respect de toutes ces mesures si nous voulons être épargné de la maladie à virus Ebola.

Le gouvernement insiste sur la responsabilité individuelle et collective dans cette lutte contre ces 2 pathologies.

Je vous remercie

Dr AKA AOUELE