A Bouaké, le prix des produits continue de grimper malgré les mesures contre la vie chère

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

A Bouaké, l’indice des prix alimentaires a augmenté avec une forte hausse allant de 100 à 150 % sur les matériaux de construction en dépit des mesures du gouvernement contre la vie chère, a constaté le vendredi 11 mars 2022, un journaliste de Bouaké360 dans différents marchés de cette 2è ville ivoirienne.

Vendredi, le kilogramme de la viande de bœuf était revendu à 2500 F CFA au petit marché de Koko contre 2400 FCFA la veille (jeudi), soit une augmentation de 100 F CFA. Sur le même marché situé au centre de Bouaké, le prix du kilogramme du riz a augmenté de 50 FCFA sur chaque variété. Les nouveaux prix sont à 350, 400, 450 voire 500 F CFA le kg en fonction des différentes qualités de cette céréale.

Plus loin, au grand marché de Bouaké, le kilogramme du lait en poudre est passé de 2500 à 3000 F CFA, soit une hausse de 500 FCFA.

Ces augmentations « tous azimuts, du jour au lendemain » font craindre à dame Salimata, une ménagère retrouvée au grand marché, « des disputes interminables avec mon époux ». « Vivement, il faut que le gouvernement face quelque chose en urgence, ça commence à devenir insoutenable », a-t-elle par la suite lâché, le visage grave.

Même son de cloche, dans quelques supermarchés de la ville, où le prix du litre de l’huile raffinée est affiché à 1250 F CFA et celui de la bouteille de 5 litres à 6050 F CFA, soit en augmentation de 50 F CFA depuis quelques jours.

C’est dans le domaine de la construction que cette inflation généralisée se fait le plus sentir avec des indices en hausse entre 100 et 150%.  Par exemple, le prix du tuyau 110 (plomberie) est passé entre 4000 et 5000 F CFA en 2021 à 15000 F CFA à ce jour dans plusieurs quincailleries de Bouaké. Ce qui représente une hausse de 150% en l’espace d’une année. Le rouleau de 100m du fil électrique 3X1,5 est cédé en ce moment à 62500 F CFA contre 45000 F CFA en 2021. Le fil 2,5 a quant à lui connu une augmentation de 7500 F CFA sur la même période. Pendant ce temps, le rouleau du tube orange qui était vendu à 9000 F CFA est passé à 21500 F CFA. La tonne de ciment est négociée à 100 000 FCFA, contre 70 000 FCFA, il y a un an.

Le mercredi 9 mars dernier, le gouvernement a adopté une série de décret pour préserver le pouvoir d’achat des populations, face à la hausse des prix de certains produits de grande consommation.

Il s’agit d’une mesure de plafonnement de 3 mois des prix de sept produits de grande consommation que sont l’huile de palme raffinée, le riz, la tomate concentrée, le sucre, le lait, les pâtes alimentaires et la viande de bœuf.

Le jeudi 10 mars, au lendemain des mesures adoptées, le ministère du commerce et de l’industrie en liaison avec le Conseil National de Lutte contre la Vie Chère (CNLVC), a rencontré les acteurs de la grande distribution pour les informer et les sensibiliser au respect des prix des produits plafonnés. A cette occasion, injonction a été faite aux agents du ministère du commerce et de l’industrie à demeurer intransigeant dans les contrôles sur le terrain.

« On espère que ce ne sont pas des paroles en l’air car on attend de vraies actions vigoureuses sur le terrain contre cette anarchie totale », a réagi, Namory Kouyaté, un consommateur du quartier Koko. Selon lui, pour avoir la preuve qu’il s’agit d’une « véritable anarchie sur le marché, il suffit de faire le tour de plusieurs boutiques de quartier et des quincailleries pour se rendre compte que les prix pratiqués diffèrent d’un commerce à l’autre ».

« Ce n’est pas sérieux. C’est pourquoi nous invitons les agents inspecteurs à plus de probité et à la fermeté sur le terrain », a-t-il ensuite exhorté.

 Cheik Koné

Covid-19 : aucune mesure restrictive prise en Côte d’Ivoire (Officiel)

Côte d’Ivoire-Société-Santé-Covid-19-Restrictions

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Aucune mesure restrictive au sujet de la lutte contre le Covid-19 n’a été prise en Côte d’Ivoire contrairement à un document attribué au ministère de la santé qui circule sur les réseaux sociaux depuis plusieurs heures, a indiqué, ce mercredi 20 janvier 2021, le porte-parole du gouvernement, Sidi Touré à l’issue d’un conseil des ministres.

 « Le document qui circule sur la toile attribué au ministre de la santé concernant les mesures restrictives contre le Covid-19 est une fake news », a formellement démenti Sidi Touré.

Depuis quelques heures, un document attribué au ministère de la santé faisant mention du retour des mesures restrictives pour une durée de 30 jours circule sur les réseaux sociaux. Parmi ces mesures ce faux document énumère entre autres « la fermeture des boîtes de nuit, des bars et salons privés dans le Grand Abidjan » ainsi que « la suspension de tous les évènements culturels, artistiques et religieux dans le Grand Abidjan ».

Dans son point du 19 janvier 2021 sur la situation de cette pandémie dans le pays, le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique a dit enregistré, 79 nouveaux cas de Covid-19 sur 1 729 échantillons prélevés soit 4,6 % de cas positifs, 116 guéris et 0 décès.

A la date du 19 janvier 2021, la Côte d’Ivoire compte donc 25 383 cas confirmés dont 23 643 personnes guéries, 142 décès et 1 598 cas actifs, avec un nombre total d’échantillons estimé à 302 966.

Le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique rappelle que l’épidémie n’est pas terminée. Il exhorte les populations au respect des mesures barrières notamment le port de masque dans les espaces accueillant du public et les transports en commun pour stopper la transmission du virus, conclut ce communiqué du ministère de la santé.

Le gouvernement ivoirien annonce la suspension de la hausse du prix de l’huile et de la farine

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Le ministre du commerce et de l’industrie, Souleymane Diarrassouba  a annoncé, en début de soirée, mardi 12 janvier 2021, la suspension de la hausse du prix de l’huile et le gel du prix de la farine de blé à 19000 FCFA sur l’ensemble du territoire ivoirien.

Selon le ministre Diarrassouba, qui s’exprimait devant la presse, cette décision intervient à l’issue d’une série de discussions menées avec les industriels de l’huile les 11 et 12 janvier 2021.

« Les différentes hausses du cours mondial de l’huile de palme ont entrainé, en ce début d’année 2021, dans un certain nombre de pays, dont la Côte d’Ivoire, une augmentation des prix de vente de l’huile de table raffinée », a-t-il expliqué, ajoutant que cette tendance à la hausse du cours mondial, observée également au niveau du blé, a amené certains boulangers à annoncer une augmentation de prix de la baguette de pain à partir du 15 janvier 2021.

« A l’issue de ces discussions, nous sommes convenus, ce jour, de suspendre les hausses de prix de l’huile de table raffinée, intervenues en ce mois de janvier 2021 et de geler les prix de la farine de blé. Quant au sac de la farine boulangère de 50kg, il demeure au prix maximum de 19000FCFA », a conclu Souleymane Diarrassouba, avant d’appeler les consommateurs et les populations Ivoiriennes au calme et à la sérénité, car « le gouvernement travaille à protéger leurs intérêts ».

Le prix de l’huile de palme connaît depuis le début de la nouvelle année 2021, une hausse généralisée sur les différents marchés de la Côte d’Ivoire.

A Bouaké, deuxième ville du pays et capitale du district de la Vallée du Bandama, la bouteille d’huile de palme raffinée de 90cl est revendue en ce moment entre 1100 et 1200F CFA contre 1000 F CFA avant la série d’augmentation, soit une hausse de 100 ou 200 francs.

Le même constat est fait avec la bouteille de 1 litre et demie qui est passée de 1500 à 1650 voire 1800 F CFA, ce qui représente une hausse allant de 150 à 300 FCFA, selon les lieux.
Quant à la présentation de 3 litres, elle est négociée à 3500 au lieu de 3000 F CFA.

La bouteille de 5 litres qui coûtait 4500 est achetée aujourd’hui à 5500 voire 6000 F CFA, soit un bon en avant de 1000 ou 2000 FCFA.

Toujours à Bouaké, le prix de l’huile au détail connaît également la même hausse. Ainsi, le litre qui était cédé à 800 est passé à 1000 FCFA. Le prix du bidon de 25l a grimpé de 17500 F à 23000 F CFA, soit plus de 5000 F d’écart en l’espace de quelques jours.