Bouaké : une ONG offre des kits scolaires à 140 élèves de 7 écoles primaires

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

L’Organisation non gouvernementale (ONG) Femmes actives pour le développement et la cohésion (Fadec) a procédé le jeudi 21 octobre 2021 à une distribution de kits scolaires à plusieurs enfants démunis de sept écoles primaires de Bouaké, dans la deuxième ville ivoirienne.

Il s’agit de 140 élèves repartis dans les groupes scolaires Dar-es-Salam, N’guattakro 1, Camp militaire de Belleville 3, Djezou 2 à la Zone, N’gouattanikro et de Tollakouadiokro. Ces 140 élèves ont retrouvé le sourire, ce jeudi, grâce à la Fadec et à sa présidente Diomandé Krotoumou épse Ouattara.

« Chaque année scolaire nous savons combien de fois les parents souffrent pour scolariser leurs enfants et en tant qu’une ONG qui milite également dans le domaine de l’éducation, il était important pour nous de penser cette année aux enfants démunis de la ville de Bouaké parce que cela fait partir de notre devoir », a expliqué Mme Diomandé-Ouattara, annonçant dans la foulée une action similaire que son ONG compte mener dans la région du Bafing, dans le nord-ouest ivoirien.

« Ce 30 octobre 2021 nous organisons également cette même activité dans mon village à un kilomètre de Ouhaninou où nous allons donner beaucoup de kits aux enfants (des cahiers, des tenues scolaires, des gels mains, des sacs de riz, des vêtements) qu’on va offrir à la région du Bafing et nous continuerons toujours nos actions » a révélé la présidente des Fadec avant de lancer un appel.

« Je tiens à remercier toutes ces personnes qui nous soutiennent à tous niveaux que ce soit. Je lance un appel à toutes ces personnes de bonnes volontés qui peuvent nous aider à le faire, parce que dans un pays sans les ONG le pays ne peut pas avancer parce que l’Etat ne peut pas tout faire. Il faut de telle initiative pour pouvoir soutenir la population et si nous arrivons à le faire nous allons résoudre beaucoup de problèmes », a-t-elle conclu.

La tournée de distribution dans la ville de Bouaké a vu la participation de plusieurs enseignants et élèves et d’une forte délégation de l’ONG Fadec.

Après les remises des dons, Amani Kouamé Blaise, directeur de l’école primaire N’guattakro 1 B a exprimé sa gratitude au nom des différents directeurs des sept écoles.

« D’abord nous remercions l’Ong Fadec à travers sa présidente Krotoumou Diomandé épse Ouattara. Il faut dire que ces dons viennent à point nommé, parce que ces enfants attendaient ces kits depuis un bon moment et grâce à vos dons les enfants démunis pourront commencer à travailler pour cela l’ensemble des directeurs, des parents d’élèves et les élèves vous disent infiniment merci et nous vous attendons l’année prochaine », a-t-il lancé. 

Quant à Traoré Mien Moh, élève au groupe scolaire Belleville 3, elle a remercié la donatrice pour son élan de solidarité à leurs égards.  

« Aujourd’hui est un jour spécial pour nous parce que nous ne sommes pas les seuls enfants démunis de la région de Gbêkê et vous avez pensé à nous cela témoigne du fait qu’il y’a longtemps que vous nous portez dans votre cœur. Maman Krotoumou merci d’avoir pensé à nous », s’est exprimé l’écolière.

L’ONG Fadec existe depuis 2015. Elle œuvre dans les domaines de l’environnement, de la santé, de l’autonomisation de la femme et de l’éducation.

Eliezer Rodemi

Bouaké : Des classes d’une école primaire fermées à cause du Covid-19

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Plusieurs classes d’un Groupe scolaire à Bouaké, dans le centre ivoirien ont été fermées depuis le lundi 1er février 2021 à cause d’un cas testé positif à la Covid-19 au sein de l’administration dudit établissement, a constaté Bouaké360, sur place, dans la deuxième ville du pays.

Ce vendredi 05 février, les salles de classe des Cours préparatoire 1(CP1) au Cours moyen 1 (CM1) de cette école primaire publique restaient hermétiquement fermées, 5 jours après la découverte d’un cas positif de Covid-19 au sein de cet établissement de plusieurs centaines d’écoliers. Seules les classes du Cours moyen 2 (CM2) étaient ouvertes avec élèves et enseignants bien présents.

« Depuis ce lundi nos camarades du CP1 au CM1 ne viennent pas à l’école. Il n’ya que nous les grands du CM2 qui sommes là. On dit que quelqu’un à le Coronavirus ici», a fait savoir un élève de l’école.

« Effectivement un cas de covid-19 a été découvert au sein de l’établissement qui a ensuite été pris en charge par les services spécialisés », a affirmé à son tour une source bien introduite au sein de la grande famille de l’éducation nationale, déplorant tout de même « le grand silence » autour de ce sujet.

« Après la découverte j’aurai aimé une meilleure gestion de cette situation à travers un suivi de l’ensemble du personnel éducatif et des élèves. Ce qui n’a pas été le cas », a dénoncé notre source.

 « Nous sommes tous exposés, quelque chose doit donc être fait pour empêcher la propagation de ce virus », a-t-il conclu à l’endroit des autorités.

Cette information est également confirmée par une source hospitalière qui parle d’un second enseignant de la ville qui serait aussi touché par cette pandémie.

Vendredi 05 février en début de soirée, le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Dr Eugène Aka Aouele a révélé que 37 cas testés positifs à la Covid-19 avaient été enregistrés dans la ville de Bouaké, chef lieu de la région du Gbêkê.

« Nous notons également 7 cas à San-Pedro (sud-ouest), 8 à Korhogo (extrême nord) et 14 cas dans le sud Comoé », avait-t-il ajouté, soulignant une saturation des principales cliniques privées chargées des prises en charge tandis que les services publics enregistrent de plus en plus de cas graves en hospitalisation.

Poursuivant le ministre de la santé a dit craindre « une explosion épidémique » au vu de la tendance actuelle et des projections des experts parce que « le virus se propage très rapidement dans nos vies et dans nos communautés ». 

« En effet la circulation du virus dans nos communautés et le non respect des mesures barrières vont contribuer à cette explosion », avait-t-il laissé entendre.

Dans un communiqué rendu public par son service de communication, le mardi 02 février 2021, la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Kandia Camara, avait annoncé la relance de la campagne de sensibilisation en milieu scolaire pour lutter contre la COVID-19, avec pour objectif « zéro cas » et briser la chaîne de contamination.

A cette occasion, à travers une réunion par visioconférence avec ses collaborateurs directs et l’ensemble des acteurs du système scolaire, Mme Camara avait donné des instructions pour la mise en place d’un dispositif de lavage des mains fonctionnel, le lavage régulier des mains ou l’application de gels-mains hydro alcooliques par les apprenants et les personnels, le port correct du masque de protection, le respect de la distanciation physique et la mise en place et l’animation des Comités et cellules de veille COVID-19.

 « Je suis engagée et déterminée à faire en sorte que mon département ministériel puisse jouer sa partition dans l’élan national pour la maîtrise de la pandémie à Coronavirus”, avait-elle déclaré.

Cheik Koné et Eliezer Rodemi

Côte d’Ivoire : le CEECI « affolé de joie » après la suppression des frais annexes de scolarité

Côte d’Ivoire-Bouaké- Bouaké360

Le comité des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (CEECI), s’est dit « affolé de joie », suite à la décision du chef de l’Etat, Alassane Ouattara de suspendre les frais annexes liés à la scolarité en Côte d’Ivoire.

La déclaration a été faite, le samedi 14 décembre 2020, à Bouaké par le secrétaire général de ce principal syndicat estudiantin du centre nord ivoirien, Karamoko Traoré, alias National TK.      « Aujourd’hui, nous nous réjouissons grandement de cette décision du chef de l’Etat de supprimer ces frais COGES (Comité de gestion des établissements scolaires) de notre école à partir de janvier 2021 », a-t-il fait savoir, à l’occasion d’une conférence de presse animée au campus 2 de l’université Alassane Ouattara (UAO) de Bouaké. Poursuivant, M.Traoré a tenu a exprimé la gratitude et la reconnaissance des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire au président Ouattara pour la prise de cette décision également salué par de nombreux parents d’élèves du pays. 

Cependant a-t-il conclu, « Il nous faut souligner que, même si cette décision nous affole de joie, il nous faut, tout de même, émettre des réserves quant à son application sur le terrain. Car, nous avons l’habitude de ces décisions que chacun comprend à sa manière en Côte d’Ivoire ».

A l’occasion de sa prestation de serment pour un troisième mandat, le 14 décembre dernier, le président Alassane Ouattara avait annoncé la suppression des frais annexes liés à la scolarité en Côte d’Ivoire et gérés par les COGES.