Côte d’Ivoire : le prix maxima de la tonne de ciment fixé à 90 000 Fcfa (Officiel)

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Le prix maxima de la tonne de ciment est désormais fixé à 90 000 Fcfa à Abidjan, San Pedro et dans un rayon de 300 km et à 95 000 Fcfa au delà de 300 km, annonce le ministère ivoirien du commerce et de l’industrie dans un communiqué rendu public le mardi 11 mai 2021.

Une flambée des prix de revente du ciment était constatée depuis quelques jours en Côte d’Ivoire, notamment à Bouaké, dans la deuxième ville du pays où la tonne de ce matériau de construction était négociée entre 100 000 et 110 000 voire 120 000 Fcfa selon les points de vente.

Selon le texte signé par le ministre Souleymane Diarrassouba, qui dit tenir compte de la « crise énergétique » qui touche le monde, les prix maxima du ciment sur toute l’étendue du territoire national sont désormais fixés comme suit : la tonne du ciment CPJ 32.5 coûte à la sortie d’usine 73 000 FCFA. En détail à Abidjan, San-Pedro et dans un rayon de 300 km, elle coûte 85 000 Fcfa et au-delà de 300 km, 90 000 Fcfa.

Quant à la tonne du ciment CPJ 42.5, elle coûte à la sortie d’usine 75 000 Fcfa et est revendue à 90 000 Fcfa à Abidjan, San-Pedro et dans un rayon de 300 Km. Au-delà, elle coûte désormais 95 000 Fcfa, précise le document.

Par ailleurs, le sac de 50 kg du ciment CPJ 32.5 coûte 4250 Fcfa à Abidjan et San Pedro et dans un rayon de 300 km et au delà à 4500 Fcfa.

Le sac de ciment CPJ 42.5 coûte pour sa part 4500 F cfa à Abidjan contre 4750 Fcfa dans un rayon de plus de 300 km.

Toujours à Bouaké, dans le centre ivoirien, le paquet de ciment est en ce moment négocié entre 5000 et 6000 FCFA.

« Le ministre du commerce et de l’industrie tient à rassurer les populations que toutes les dispositions sont prises, de concert avec les industriels, pour assurer l’approvisionnement régulier du marché », conclut la note, soulignant que le non-respect des prix sus indiqués expose les contrevenants à des sanctions prévues par la réglementation.

Depuis quelques années, le secteur de la cimenterie est en pleine croissance en Côte d’Ivoire. Il est passé de 3 unités industrielles en 2010 avec une capacité de production de 2 800 000 tonnes et un besoin de consommation de 1 800 000 tonnes à 10 unités d’une capacité de production de 12 millions de tonnes pour une demande nationale de 4 millions à fin 2018.

Cheik Koné

Flambée des prix du ciment à Bouaké

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Une flambée des prix du ciment est observée depuis quelques jours sur le marché ivoirien notamment à Bouaké, dans la deuxième ville du pays où le paquet de 1Kg de ce matériau de construction est revendu presqu’au double du prix homologué par l’Etat, a constaté Bouake 360 sur place.

A Bouaké, dans le centre ivoirien, au lieu de 3500 FCFA, le prix habituel de revente, le paquet de ciment est négocié en ce moment entre 5000 et 6000 FCFA selon les points de vente.

Ainsi la tonne de ciment qui était cédée à 70 000 FCFA avant la pénurie passe donc de 100 000 à 110 000 voire 120 000 FCFA d’un revendeur à l’autre, soit une hausse allant de 30 000 à 40 000 FCFA.

Pour le moment, aucun communiqué officiel tant du coté du gouvernement que de l’Association des producteurs de ciment de Côte d’Ivoire (APCCI) ne fait cas de cette situation.                                         

Cependant, selon des témoignages recueillis auprès de certains commerçants, cette hausse vertigineuse du prix du ciment serait causée par le déficit d’électricité en cours dans le pays depuis plusieurs semaines.

« En attendant une version officielle qui viendrait confirmer ou infirmer cette assertion des revendeurs, je suis obligé de suspendre le projet d’achevement de mon domicile parce que le budget que j’ai préparé n’est plus d’actualité », fait remarquer, visiblement agacé, un client retrouvé en pleine discussion dans une quincaillerie au quartier Sokoura, dans l’est de Bouaké. « Vivement, que le gouvernement se penche au plus tôt sur cette situation vraiment désobligeante », complète-t-il, le regard calculateur.

Depuis quelques années, le secteur de la cimenterie est en pleine croissance en Côte d’Ivoire. Il est passé de 3 unités industrielles en 2010 avec une capacité de production de 2 800 000 tonnes et un besoin de consommation de 1 800 000 tonnes à 10 unités d’une capacité de production de 12 millions de tonnes pour une demande nationale de 4 millions à fin 2018.

Cheik Koné