1ère édition de  »Agwa festival nanan agni » : 3000 participants attendus le samedi 19 février à Bouaké (Organisateurs)

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Plus de 3000 participants sont attendus, le samedi 19 février 2022 à Bouaké, dans le centre ivoirien, à l’ouverture de la 1ère édition de  »Agwa festival Nanan Agni », selon les organisateurs de cet événement culturel qui promeut la cohésion sociale, le vivre ensemble communautaire et la paix dans la région de Gbêkê.

Photo d’archive de l’édition 0 en 2020. Le PCO Kouakou-Habonouan en pantalon blanc au centre

Après l’édition zéro, place à la 1ère édition  »Agwa festival Nanan Agni » qui se tiendra au stade de Konankankro dans la capitale de la paix à Bouaké, en présence des autorités traditionnelles, les chefs de communautés et les différentes couches sociales. Pour faire de ce rendez-vous culturel, un véritable succès, le comité d’organisation est à pied d’œuvre. Il ne cesse de multiplier les initiatives dans ce sens à travers plusieurs rencontres.

Pour le président du comité d’organisation (PCO), Louis Kouakou-Habonouan, cet événement qui se veut un creuset de cohésion sociale, du vivre ensemble communautaire et de paix dans la région de Gbêkê, attend plus de 3 000 participants.

<< Agwa festival Nanan Agni dont l’édition zéro s’est tenue en 2020 à Kouassiblékro dans le canton Faafouè, valorise et met en exergue la culture, les us et coutumes, les pratiques et traditions des deux grandes communautés baoulé et Malinké qui peuplent la région de Gbêkê. Il prône les idéaux et les valeurs cardinales de l’Houphouëtisme vrai>>, a fait savoir le PCO Kouakou-Habonouan, par ailleurs président du conseil d’administration (PCA) de l’Office national de l’eau potable (ONEP).  Il a ajouté que cet événement ouvrira également une lucarne pour les populations afin d’exprimer leur profonde gratitude et leur infinie reconnaissance au président de la République, Alassane Ouattara pour tous les projets de développement réalisés, en cours et à venir dans le Gbêkê.

Pour cette édition qui va se tenir dans le canton Pharis, des échanges de vœux de nouvel an auront lieu entre les différentes couches sociales, les élus, les cadres et la chefferie traditionnelle de Gbêkê.

Eliezer Rodemi

Publicité

Bouaké : les étudiants invités à apprendre les métiers du digital

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Olivier Bassa, Manager général de l’entreprise Marketing expert, spécialisée dans les métiers du digital et créée en 2017 à Bouaké, a exhorté, les jeunes, surtout les étudiants à se former aux métiers du digital.

Olivier Bassa (au centre) Manager général Marketing expert, animant une conférence au campus 1 de l’UAO

Il a lancé cet appel au cours d’une conférence sur le thème : « sensibiliser aux métiers du digital », tenue au campus1 de l’Université Alassane Ouattara (UAO) de Bouaké, le samedi 5 février 2022.

« Il est important que nos frères s’intéressent à cette formation parce qu’aujourd’hui dans tous les secteurs d’activités, nous tendons vers la digitalisation et ne pas avoir une base en informatique, cela pourrait jouer sur leur futur de ces jeunes », a-t-il affirmé.

Une vue des participants à la conférence sur le digital à l’UAO

Cette conférence s’inscrit dans le cadre du projet ’’tout dépend de toi’’ qui consiste à former 1.000 étudiants de Côte d’Ivoire sur 3 ans aux métiers du digital. Son objectif est d’inculquer l’amour du numérique aux plus jeunes pour qu’ils puissent s’intéresser véritablement à tout ce qui est TIC.

Au cours de cette conférence, des offres de formations ont été présentées aux étudiants des grandes écoles et universités.

Les premiers bénéficiaires de ce projet ont reçu leur attestation de fin de formation et les commerciaux de cette entreprise ont à leur tour reçu des primes d’encouragement.

LARQUÉ Florent

Au moins 2 morts dans l’accident d’un car AVS sur l’autoroute du nord

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Au moins deux personnes ont été tuées et plusieurs autres ont été blessées ce vendredi 04 février 2022 dans une collision entre un autocar de la compagnie de transport AVS et un véhicule de tourisme au PK 135 voie sud de l’autoroute du nord.

L’information a été donnée par le Groupement des sapeurs pompiers militaires (GSPM) de Côte d’Ivoire.

« Accident de ce jour au PK 135 autoroute du Nord voie sud. Bilan définitif : 55 victimes. Dont 24 évacuées à l’hôpital St Jean de Bôdô. 29 qui signent des décharges de responsabilité et refusent leurs évacuations. 02 décédées (désincarcérées par nous) », indique le GSPM dans une note publiée sur sa page officielle Facebook.

Par ailleurs, faisant le bilan de ses activités opérationnelles du mois de janvier 2022, le GSPM, a relevé avoir enregistré 2892 interventions au total (moyenne journalière de 93 sorties) par ses différentes compagnies à travers le territoire ivoirien. Ce qui dénote une hausse de 14,44 % comparativement au mois de janvier 2021 où 2527 interventions ont été réalisées.

En outre, poursuit le document bilan des sapeurs pompiers, le nombre de victimes transportées est de 2009 pour ce mois de janvier 2022, contre 2322 en 2021 soit une baisse 13,48%. Il est aussi à noter un accroissement des refus d’évacuation (453) ainsi que des cas de décès (62) soit 64,52 % de plus par qu’en janvier 2021.

Cheik Koné

Un département des Sciences de l’éducation ouvert à l’université Alassane Ouattara de Bouaké

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Par Arrêté N° 1080 MESRS/CAB, du 25 février 2020, un département des Sciences de l’éducation a été créé à l’Université Alassane Ouattara(UAO), avec pour vocation de former des titulaires de licence au moins, pour l’obtention d’un Diplôme Universitaire (DU) en Pédagogie.

La cérémonie de lancement de cette formation avec l’appui de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) de France a eu lieu le jeudi 3 février 2022 au campus 1 à la salle du conseil.

Prenant la parole, le Professeur Michel Kodo, vice-président chargé de la pédagogie, de la recherche et de la vie universitaire, référent du projet HUB Franco-Ivoirien pour l’éducation de l’UAO a précisé de façon très claire les raisons de la création dudit département.

« Nous ne sommes pas une école normale. Nous ne sommes pas l’école Normale supérieure Bis. Nous avons créé le projet pour améliorer l’employabilité de nos diplômés. », A-t-il précisé avant d’ajouter ceci : « nous avons jugé bon d’étendre la cible à tous les licenciés qui ont pour vocation d’aller enseigner. Les détenteurs d’une licence en Géographie, Histoire, Anglais, Allemand, etc., pour que chacun vienne acquérir en plus de sa compétence, acquérir des brides du métier de l’enseignement et se faire valoir dans le secteur privé. ».

Quant au professeur Hervé Martinez, référent dudit projet à l’Université de PAU et des Pays de l’ADOUR, il est affirmé que « ce projet n’était pas là pour concurrencer l’école Normale Supérieure de Côte d’Ivoire. Mais, un complément qui est gagnant- gagnant parce que tous ces élèves dans les collèges et lycées vont arriver à l’Université, donc, il faut qu’ils arrivent en étant formés. ».

Au nom du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le Professeur Adama Diawara, le Professeur Merawa Mohammadou, conseiller technique du ministre Diawara et responsable du projet HUB Franco-Ivoirien pour l’éducation dans ce ministère a félicité les responsables dudit projet à l’UAO et à l’UPPA de France pour avoir réalisé ce projet.

Le DU de pédagogie a pour objectif de donner une formation pédagogique aux étudiants dans leurs disciplines de bases ; de relever le niveau de performance des professionnels de secteur éducation/ formation ; d’outiller les auditeurs en ingénierie pédagogique (média pédagogique, cours en ligne, conception des diapos et utilisation du PowerPoint) ; enfin, de renforcer la pédagogie universitaire. La formation dure un an.

LARQUÉ Florent

Le correspondant de presse « est un journaliste professionnel au même titre que tous les autres journalistes de la planète » (Ladji Abou Sanogo)

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

« Jadis le correspondant de presse était considéré comme une cinquième roue de la charrette et nous avons dit non. Le journaliste correspondant de presse est un journaliste professionnel au même titre que tous les autres journalistes de la planète », a dénoncé, le jeudi 03 février 2022, dans une interview accordée à Bouake360, le président de l’Union nationale des Journalistes correspondants de presse de Côte d’Ivoire (UNAJCOPCI), Ladji Abou Sanogo.

Ladji Abou Sanogo, président de l’UNAJCOPCI

A la tête de l’UNAJCOPCI depuis sa création en octobre 2017, Ladji Abou Sanogo est le président sortant et candidat à sa propre succession au 2e congrès ordinaire de cette association, prévu du 11 au 13 février 2022 à Bouaké. Il dresse le bilan de sa mandature dans cet entretien réalisé par Eliezer Rodemi.

Bouake360 : Président… bientôt le 2ème congrès de l’Union nationale des Journalistes correspondants de presse de Côte d’Ivoire (UNAJCOPCI), quel bilan faites-vous après plus de quatre années d’existence de cette association ?

Ladji Abou Sanogo : Le 2ème congrès ordinaire de l’UNAJCOPCI qui se tiendra les 11, 12 et 13 février 2022 dans la capitale de la paix à Bouaké au centre de la Côte d’Ivoire, nous l’avons baptisé, le congrès de la maturité. Nous sommes une structure naissante avec quatre ans d’existence et nous pouvons dire que jusqu’à ce jour le bilan est positif. Nous avons obtenu le respect et la considération du journaliste correspondant en Côte d’Ivoire. Jadis le correspondant de presse était considéré comme une cinquième roue de la charrette et nous avons dit non. Le journaliste correspondant de presse est un journaliste professionnel au même titre que tous les autres journalistes de la planète. Mais pourquoi diminuer le journaliste correspondant de presse ? Nous avons presque obtenu ce combat même si cela n’est pas suivi du traitement salarial. Nous avons pu obtenir assez de formations pour nos membres qui se comptent par centaine et nous sommes représentés dans toutes les régions de la Côte d’Ivoire en moins d’un an, ce qui nous a valu une reconnaissance nationale.

Vous êtes à la fin de votre mandat, après plusieurs actions menées, êtes-vous candidat pour un second mandat ?

LAS : Oui je suis candidat à ma propre succession, malheureusement candidat unique. Les candidatures ont été ouvertes par le comité d’organisation pendant deux semaines et il y’a eu aucune candidature. A la vérité s’il y’avait eu une candidature, je n’allais plus être candidat pour permettre aux autres de faire leurs preuves. C’est à la dernière minute que des journalistes ont constitué mes dossiers et ont payé ma caution. Je suis touché par ce geste et si nous sommes réélus ce mandat sera placé sous le sceau la dignité, l’honneur et le professionnalisme du journaliste correspondant.

Ces personnes qui utilisent la carte de membre UNAJCOPCI à d’autres fins, quel message avez-vous à leur endroit ?

LAS : Nous allons les traquer. La carte de membre UNAJCOPCI n’est pas une carte qu’on peut prendre pour aller escroquer qui que ce soit, si vous le faites, vous êtes un arnaqueur. On vous arrêtera et on vous mettra en prison, parce que nous avons confiance en notre justice. Également si tu as fraudé pour avoir la carte UNAJCOPCI, on va la retirer et on verra la conduite à tenir.

Dans quelques jours le 2ème congrès de l’UNAJCOPCI se tiendra, un mot à l’endroit des membres de cette structure.

LAS : Mes remerciements vont à l’endroit de tous les journalistes de la Côte d’Ivoire en particulier et en général tous les journalistes de l’intérieur. Ces hommes et ces femmes qui exercent ce métier noble, qui travaillent dans des conditions pénibles. Merci de nous faire confiance. Le combat pour le traitement salarial va aboutir.

La mairie de Bouaké annonce des travaux de drainage au rond-point de la gare de Diabo

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Dans un communiqué de presse publié le vendredi 28 janvier 2022 sur sa page officielle Facebook, la mairie de Bouaké a annoncé de grands travaux de drainage et d’assainissement au rond-point de la gare de Diabo, une voie en constante dégradation à cause des eaux usées.

Drainage venant des versants du petit marché de Koko

L’annonce a été faite par le sous-directeur en charge de la salubrité et de l’assainissement à la mairie de Bouaké, M Touré.

Ces travaux concernent donc l’aménagement du bassin souterrain du rond-point face à la gare de Diabo, au quartier Koko. Cette partie de la voie principale menant au Centre hospitalier universitaire (CHU) et à l’aéroport de Bouaké est en constante dégradation à cause des eaux usées qui ruissèlent sur le bitume.

Les travaux qui devraient permettre un meilleur écoulement souterrain des eaux venant des versants, redémarrent très bientôt, selon les services de la mairie.

« Sous ce rond-point, il existe un réseau eau et électricité très vital. Pour le courant, il y a un gros câble qui fait la jonction entre les bases Bouaké 1 et Bouaké 2. En ce qui concerne l’eau, il y a également un tuyau de diamètre 400 pour alimenter une bonne partie de la ville. Il fallait résoudre tous les problèmes y afférent. Les solutions ont été trouvées, le chantier d’aménagement du système de drainage souterrain va démarrer bientôt », a confié le sous-directeur en charge de la salubrité et de l’assainissement à la mairie de Bouaké.

Cette annonce fait suite aux grands travaux déjà en cours à Bouaké sur les sites du marché central, de la nationale A3 et de l’hôtel de ville.

Cheik Koné avec Sercom Mairie de Bouaké

Gbêkê/ Pacification du milieu scolaire : la PSCPD installe des comités de veille dans des écoles

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

La Plateforme de la Société Civile pour la Paix et la Démocratie (PSCPD) a procédé le lundi 24 janvier 2022 au lancement d’un vaste programme d’installation de comités de paix dans plusieurs établissements scolaires de la région du Gbêkê, notamment à Bouaké, Brobo, Beoumi et Djebonoua.

La cérémonie officielle de cette activité s’est déroulée au lycée moderne jeunes filles de Bouaké, en présence du coordinateur général de la PSCPD, Soumaila Doumbia, du secrétaire général de la préfecture de Bouaké, Akoun Kouadjo, et de la 2è adjointe au maire, Mme Korotoum Diomandé. Etaient également présents à cette activité, le Commandant de la brigade routière de la gendarmerie de Bouaké, Karim Traoré et du vice-président du Comité citoyen, Lokoué Traoré.

« Installé par les autorités administratives de la ville qui nous on fait l’honneur de nous accompagner dans cette tâche de pacification du milieu scolaire, ce comité aura pour mission de veiller au bon déroulement de l’année scolaire 2021-2022, lutter contre le phénomène des congés anticipés etc.», a fait savoir le coordinateur général de la PSCPD, Soumaila Doumbia.

Quant au commandant Karim Traoré de la gendarmerie de Bouaké et le doyen Lokoué Traoré, président du comité citoyen, ils ont exhorté les 3000 filles de ce lycée d’excellence à prioriser leurs études, à s’éloigner des vices car elles sont l’avenir du pays.

Notons que la cérémonie s’est déroulée lors du salut aux couleurs, en présence de tout le personnel enseignant et administratif du lycée.

Cette activité s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Transition et Inclusion Politique, financé par l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID, sigle en Anglais) avec l’appui technique du National Démocratic Institute (NDI) Côte d’Ivoire.

Cheik Koné

Bouaké/ Club presse Image d’Afrique : des innovations annoncées pour la 3ème édition prévue le 27 mai

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Des innovations majeures sont annoncées pour la 3e édition du « Club presse image d’Afrique », prévue le 27 mai 2022, a annoncé le promoteur de l’événement culturel, le journaliste Tuo Tchang.

Tuo Tchang, le promoteur du « Club presse Image d’Afrique » pour la promotion de la lecture, du civisme et de l’entrepreneuriat auprès des élèves

M. Tuo s’exprimait le vendredi 21 janvier 2022 à l’occasion d’une rencontre avec la presse au siège de l’ONG internationale Image d’Afrique au quartier Ahougnassou à Bouaké, dans la capitale régionale du Gbêkê.

L’innovation de cette 3e édition va porter sur « la mise en place d’une vaste campagne de regroupement sur différentes thématiques. La lecture n’est plus au programme et avec le numérique nos enfants rencontrent des difficultés », a fait savoir M. Tuo. C’est d’ailleurs pour cela, dira-t-il, que « nous avons initié le Club presse pour permettre aux enfants d’avoir l’amour de la lecture. Nous les formons également sur l’entrepreneuriat, le civisme, la communication etc. Cela va permettre de renforcer le système éducatif dans nos écoles en formant des futures jeunes à avoir un bagage intellectuel partout en Afrique parce que notre souci c’est l’Afrique ».

Poursuivant, Tuo Tchang a insisté sur le fait que c’est avec beaucoup de difficultés qu’il a organisé les deux éditions précédentes de cet événement. Pour cette édition 2022, il en appelle donc au soutien des partenaires financiers et techniques pour « une belle réussite pour le bonheur de tous ».

« Nous rencontrons d’énormes difficultés. Nous n’avons pas de budget et le budget pour la tournée dans la région tourne autour de 222 millions FCFA. Nous appelons à l’aide. Nous demandons aux bailleurs internationaux et nationaux, à nos différents ministères et aux personnes de bonne volonté de nous venir en aide », a plaidé le nominé au prestigieux concours « Awards Wecanda » qui encourage et valorise l’entrepreneuriat africain.

Pour lui, « nous sommes des jeunes et à travers ce projet nous pouvons créer des emplois directs et indirects à des centaines de jeunes. Nous pouvons valoriser l’école ivoirienne en renforçant le système éducatif de l’Afrique. C’est une autre génération que nous sommes en train de fabriquer. Nous demandons à Madame la ministre de l’éducation nationale de nous donner cette autorisation qui nous fera connaitre officiellement et qui va nous permettre d’être en contact avec des partenaires financiers et aux autorités de la ville de nous ouvrir leurs portes ».

L’ONG Image d’Afrique dirigée par Tuo Tchang est la structure de communication organisatrice de l’activité « Club Presse ». Ce projet culturel qui est a sa 3e édition cette année, a pour objectif de promouvoir la lecture, le civisme et l’entrepreneuriat auprès des élèves de Côte d’Ivoire.  

Eliezer Rodemi

Fonds Covid-19 : les commerçants de Bouaké sollicitent l’aide de l’Etat Ivoirien

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Le collectif des Opérateurs de Commerce de Côte d’Ivoire (Cocomci), a sollicité le vendredi 21 janvier 2022, l’aide de l’Etat au profit des commerçants de Bouaké à travers le Fonds de soutien Covid-19.

Le cri du cœur a été lancé par le président du Cocomci, Kamagaté Lamine, à la fin d’une rencontre du collectif à Bouaké.  

« Avec la crise sanitaire nous les commerçants avons beaucoup perdu. Nous nous sommes réjouis suite à l’annonce concernant la mise en place du Fonds Covid-19 pour aider les différents acteurs à continuer leurs différentes activités, mais nous Cocomci nous n’avons encore rien reçu », a rappelé M. Kamagaté, ajoutant que « nos activités sont au ralenti pour cela nous sollicitons l’aide de l’Etat le plus rapidement possible. Les commerçants ont beaucoup de problème et ce financement va nous permettre de continuer nos activités ».

Le Cocomci qui regroupe plus de 10 000 membres actifs notamment des commerçants professionnels a vu le jour en 2019 et a pour objectif de défendre l’intérêt de ces derniers.  

Selon son premier responsable, le Cocomci prévoit cette année, de créer des marchés dans certains départements pour permettre à ses membres d’évacuer leurs produits. Toujours selon lui, son organisation entend également sensibiliser ses membres dans la lutte contre le djihadisme en leur démontrant le bien fondé de faire remonter des informations aux autorités. Le Cocomci prévoit aussi de poursuivre la lutte pour la professionnalisation du secteur du commerce en Côte d’Ivoire, en faisant la promotion de la carte de commerçant.

Enfin, Kamagaté Lamine a félicité le maire de la commune de Bouaké,  Djibo Nicolas et le président de la république, grâce, à qui les commerçants de la deuxième ville ivoirienne auront un nouveau marché. Il a notamment plaidé auprès de l’Etat pour que les commerçants puissent avoir des prêts facilement dans les structures de micros finances pour s’approvisionner et lutter contre la cherté de la vie.

Eliezer Rodemi

L’Alliance pour la paix en Côte d’Ivoire salue la reprise du dialogue politique

Bouaké360-Abidjan (Côte d’Ivoire)

L’organisation communautaire Alliance pour la paix en Côte d’Ivoire( APCI), qui regroupe en son sein des ambassadeurs de paix a salué, le samedi 22 janvier 2022, l’idée du gouvernement ivoirien à poursuivre le dialogue politique en Côte d’Ivoire.

L’information a été livrée par le président de l’APCI, Bielé Christ Nourgo, au cours d’un entretien.

 « Il y a des initiatives de rapprochement des leaders politiques, nous encourageons le gouvernement, les formations politiques et les leaders politiques à saisir cette opportunité afin que nous puissions trouver les solutions aux contentieux qui opposent les partis de l’opposition au pouvoir, pour ne pas que le pays retombe dans une autre crise, pour que les élections à venir se passent dans la paix et la tranquillité », a souhaité M. Bielé, espérant que « chacun s’y mette » étant donné que la paix est le second nom du développement.

Avant son message, le président de l’APCI a rendu public l’agenda 2022-2023 de son organisation.

« Nous allons organiser des campagnes de sensibilisation pour le règlement pacifique des conflits, parce qu’en Côte d’Ivoire les crises sont beaucoup politique, aussi sensibiliser nos leaders politiques pour le bien de tout un chacun parce que nous nous projetons dans l’année 2023 du fait des élections municipales et régionales, pour un déroulement pacifique des élections à venir », a-t-il fait savoir.  Poursuivant, il a promis faire en sorte que les ivoiriens puissent prendre part aux votes en s’inscrivant massivement.

A ce sujet, a-t-il ajouté, « nous allons mettre en place un forum qui va réunir les différents leaders des quartiers de Bouaké parce qu’ils connaissent les foyers de tensions».

Pour finir, Bielé Christ Nourgo a exhorté l’ensembles des structures nationales et internationales qui militent pour la cause de la paix à accompagner son organisation dans son projet de maillage de la Côte d’Ivoire.

 L’alliance pour la paix en Côte d’Ivoire (APCI) a vu le jour en 2019 et a pour mission d’œuvrer au rapprochement des ivoiriens et de la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire.

Eliezer Rodemi