Côte d’Ivoire: décès d’Amadou Soumahoro, président de l’Assemblée nationale

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Le Président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Amadou Soumahoro, est décédé samedi à Abidjan à l’âge de 69 ans.

L’annonce officielle a été faite par le président Alassane Ouattara dans un communiqué.

« J’ai la profonde douleur de vous annoncer le décès ce samedi 07 mai 2022 du président de l’Assemblée nationale, mon jeune frère Amadou Soumahoro », écrit Alassane Ouattara dans le communiqué.

« Je rends hommage à un grand homme d’Etat dont l’engagement et le parcours politique ont marqué notre pays », poursuit le chef de l’Etat ivoirien selon qui « la Côte d’Ivoire perd un valeureux fils, un homme de conviction et de devoir ». 

« Je perds un compagnon fidèle, un ami loyal et dévoué », ajoute M. Ouattara, présentant  en cette douloureuse circonstance, ses « condoléances les plus émues » à la famille et aux proches du défunt.

Elu Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire le 7 mars 2019, Amadou Soumahoro a été éloigné de cette institution par la maladie. Son intérim était jusque-là assuré par Adama Bictogo.

Il était le député de la circonscription électorale de Séguéla sous-préfecture, Bobi-Diarabana commune et sous-préfecture.

Cheik Koné

Côte d’Ivoire/ Gouvernement Patrick Achi 2: une équipe de 32 membres dont 2 nouveaux entrants

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Dans un communiqué signé du Président de la République Alassane Ouattara, le mercredi 20 avril 2022, le secrétaire général de la Présidence de la République, Abdourahmane Cissé, a annoncé le nouveau gouvernement composé de 32 membres, dont deux nouveaux entrants, contre 41 membres dans le gouvernement précédent.

Les deux nouveaux ministres entrants sont le ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie, Mamadou Sangafowa Coulibaly en remplacement de Thomas Camara et la ministre de la Culture et de la Francophonie, Françoise Remarck en remplacement de Harlette Badou N’guessan Kouamé.

Certains ministres ont changé de ministères, notamment, Laurent Tchagba qui remplace Alain Richard-Donwahi aux Eaux et Forêts.

Ce nouveau gouvernement dirigé par le Premier Ministre Patrick Achi dont la reconduction a eu lieu la veille ne comprend pas de secrétariats d’État ni de ministères délégués.

Le gouvernement précédent qui était composé de 41 membres, avait rendu sa démission le mercredi 13 avril dernier.

La liste des Membres du Gouvernement :

1. Ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Diaspora, Madame Kandia Kamissoko Camara

2. Ministre d’Etat, ministre de la Défense Monsieur Téné Birahima Ouattara

3. Ministre d’État, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Monsieur Kobenan Kouassi Adjoumani

4. Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Monsieur Jean Sansan Kambilé

5. Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, général Vagondo Diomandé

6. Ministre du Plan et du Développement, Madame Kaba Nialé

7. Ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie, Monsieur Mamadou Sangafowa Coulibaly

8. Ministre de la Fonction publique, Madame Anne Désirée Ouloto

9. Ministre des Transports, Monsieur Amadou Koné

10. Ministre de l’Economie et des Finances, Monsieur Adama Coulibaly

11. Ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, Monsieur Bruno Nabagné Koné,

12. Ministre du Budget et du Portefeuille de l’État, Monsieur Moussa Sanogo

13. Ministre des Eaux et Forêts, Monsieur Laurent Chagba

14. Ministre de l’Equipement et de l’Entretien routier, Monsieur Amédé Koffi Kouakou

15. Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Madame Mariatou Koné,

16. Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, Monsieur Souleymane Diarrassouba

17. Ministre de la Réconciliation et de la Cohésion nationale, Monsieur Bertin Konan Kouadio

18. Ministre des Sports, Monsieur Paulin Claude Danho

19. Ministre des Ressources animales et halieutiques, Monsieur Sidy Tiémoko Touré

20. Ministre de la Communication et de l’Economie numérique, Porte-parole du gouvernement, Monsieur Amadou Coulibaly

21. Ministre de la Promotion de la Jeunesse, de l’Insertion professionnelle et du Service civique, Porte-parole adjoint du gouvernement, Monsieur Mamadou Touré

22. Ministre du Tourisme, Monsieur Siandou Fofana

23. Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Monsieur Adama Diawara

24. Ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture Maladie universelle, Monsieur Pierre Dimba

25. Ministre de l’Hydraulique, de l’Assainissement et de la Salubrité, Monsieur Bouaké Fofana

26. Ministre de la Promotion de la bonne Gouvernance et de la Lutte contre la Corruption, Monsieur Épiphane Zoro Ballo

27. Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Madame Myss Belmonde Dogo

28. Ministre de l’Emploi et de la Protection sociale, Monsieur Adama Kamara

29. Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Madame Nasseneba Touré

30. Ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage, Monsieur Koffi N’Guessan

31. Ministre de la Culture et de la Francophonie, Madame Françoise Remarck

32. Ministre de l’Environnement et du Développement durable, Monsieur Jean-Luc Assi

Source CICG

Tiémoko Meyliet Koné, natif de Bouaké nommé vice-président de la République de Côte d’Ivoire

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

L’actuel gouverneur de la Banque centrale Etats de l’Afrique (BCEAO), Tiémoko Meyliet Koné, natif de Bouaké, la deuxième ville ivoirienne, a été nommé ce mardi 19 avril 2022, vice-président de la République par le président Alassane Ouattara.

Le président ivoirien a fait cette annonce devant le Parlement réuni en congrès ce mardi à la Fondation Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro, dans la capitale politique du pays. Le poste de vice-président de Côte d’Ivoire a été créé par la Constitution de novembre 2016. Il fait de son occupant, le dauphin constitutionnel du président de la République.

Tiémoko Meyliet Koné remplace à la vice-présidence l’ancien Premier ministre Daniel Kablan Duncan. Ce dernier avait démissionné du poste en juillet 2021 quelques jours seulement après le décès de l’ancien Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly.


Le nouveau vice-président de la République de Côte d’Ivoire, Tiémoko Meyliet Koné est un natif de la ville de Bouaké, informe Moumoune Coulibaly, le coordonnateur général de la Fondation « les mémoires de la ville de Bouaké », dans un article publié sur les réseaux sociaux.
« Fils de cheminot de la RAN, sa famille réside encore aujourd’hui à Bouaké, au quartier Dar es salam, derrière l’ex – CAFOP 3 de Bouaké », ajoute M. Coulibaly sur la page officielle facebook de sa fondation.

M. Koné a servi à la BCEAO à divers postes, dans les Agences de Bouaké, de Daloa, d’Abidjan (Direction Nationale) et de Dakar (Siège). Il a ensuite été nommé Directeur de Cabinet du Premier Ministre en 2007, Ministre de la Construction, de l’Urbanisme et de l’Habitat en 2010 et Conseiller du Président de la République chargé des Affaires Économiques et Financières, jusqu’à sa nomination au Poste de Gouverneur de la BCEAO en 2011.


« Enfin, M. Koné Tiémoko Meylet rendait visite régulièrement à sa famille à Bouaké, jusqu’au décès de ses parents et de son frère aîné, qui était lui aussi un cheminot de la RAN à la retraite », conclut le document de la Fondation « les mémoires de la ville de Bouaké ».


Cheik Koné

Watchard Kedjebo (Concorde) : « Saisissons la main tendue du président Ouattara qui est une chance pour notre pays »

Bouaké360-Côte d’Ivoire/ Interview : actualité nationale

En tournée à travers la Côte d’Ivoire pour parler de paix, Kouassi Ferdinand dit Watchard Kedjebo, secrétaire général du Congrès pour la consolidation de la paix et du développement (Concorde) et cadre du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir) a marqué un arrêt le vendredi 18 février 2022.

Dans cette interview accordée à Bouake360, il fait un tour d’horizon sur l’actualité sociopolitique de la Côte d’Ivoire et dresse le bilan à mi-parcours de sa tournée après avoir sillonné plusieurs villes du pays. Il en a profité pour appeler les leaders politiques à saisir la main tendue du président Ouattara, qui est selon lui, « une chance » pour la Côte d’Ivoire.

Watchard Kedjebo au centre de la photo

Bouaké360 : Vous avez initié récemment une tournée pour la réconciliation et la paix dans le pays profond. Qu’est-ce qui a motivé cette campagne ?

Watchard Kedjebo: Cette tournée que nous avons intitulée « caravane de la paix, de la cohésion et du développement » est le fruit d’une réflexion sur les actions du chef de l’Etat SEM Alassane Ouattara depuis son accession à la magistrature suprême. Vous constatez avec moi que notre pays a repris sa place dans le concert des grandes nations. Les investisseurs frappent chaque jour à nos portes parce que notre pays inspire confiance. Nous avons retrouvé la paix qui nous caractérisait sous l’ère du père fondateur. Le président Ouattara a créé un climat de paix condition sine qua non à tout développement. Notre pays est en chantier. Du nord au sud en passant par l’ouest, l’est et le centre, les infrastructures sont visibles et palpables. Le constat fait, nous avons décidé de prendre notre bâton de pèlerin pour sillonner le pays à l’effet de sensibiliser nos parents sur la nécessité de maintenir le climat de paix. Seule la paix peut nous apporter le développement. Nous avons décidé de sensibiliser nos populations sur la culture de la paix, les amener à tourner le dos à la belligérance, à désarmer leurs cœurs et à prendre leur place dans le train du développement.

Quel bilan faites-vous après la campagne ?

Watchard Kedjebo:

La Caravane de la paix, de la cohésion et du développement est toujours en cours. Mais à mi-parcours nous pouvons dire que notre message rencontre des oreilles attentives. Du Guémon à la Marahoué nous avons été accueillis par des populations sensibles à notre message. Nos chefs traditionnels et des responsables communautaires nous ont encouragé et ont pris l’engagement de relayer notre message de paix auprès des membres de leurs communautés. Tout récemment, des cadres Wê en phase avec notre vision ont décidé d’adhérer au RHDP via Concorde. Nous recevons chaque jour des messages de félicitations et d’encouragements des quatre coins du pays. Les populations nous montrent qu’elles ont soif de la paix, elles attendent de nouveaux messages, les messages de la paix et de l’espoir. Nous pouvons donc dire sans gros risque de nous tromper que le bilan à mi-parcours est satisfaisant et nous conforte à poursuivre nos actions en notre qualité de messagers de la paix.

Le gouvernement a repris le dialogue politique avec l’opposition. Quel est votre avis sur ce dialogue. Pensez- vous qu’il va aboutir, étant membre de ce dialogue ?

Watchard Kedjebo:

Le dialogue politique entre la majorité présidentielle et l’opposition est une très bonne chose. Elle traduit la volonté et l’état d’esprit du chef de l’État à aller à la réconciliation. Ce dialogue n’est donc pas une nouvelle trouvaille du gouvernement. Il est initié depuis le temps du 1er ministre Ahoussou Jeannot et poursuivit par ses différents successeurs. C’est donc dire que le chef de l’État en fait une priorité. Lui, le digne successeur du président Houphouët sait l’importance du dialogue. Il sait que c’est par le dialogue que nous pouvons trouver des solutions à nos incompréhensions. Mon souhait est que ce énième dialogue aboutisse. Nous devons prioriser l’intérêt supérieur de notre pays, nous devons définitivement fermer la parenthèse des crises. Nous acteurs politiques avons l’obligation d’offrir la paix, la réconciliation à nos populations. Nous devons quitter les calculs politiciens pour penser à ce que nous devons offrir en héritage à nos enfants et aux futures générations. Je souhaite que le dialogue politique aboutisse et que nous puissions nous entendre sur l’essentiel à savoir que ce qui nous unis doit toujours être plus fort que ce qui pourrait nous diviser.

Quel regard critique portez-vous sur l’opposition ivoirienne dans son ensemble ?

Watchard Kedjebo:

L’opposition ivoirienne est à la croisée des chemins. Elle se cherche, elle n’a pas une offre politique face à la machine RHDP qui mène des actions concrètes sur le terrain. Nous avons une opposition déchiquetée par des problèmes de positionnement et des egos à gérer. C’est une opposition déconnectée des réalités du monde actuel et qui a du mal à poser les vrais problèmes de nos compatriotes. L’opposition ivoirienne actuelle ne peut pas conduire notre pays à un lendemain radieux et certain. Nous n’avons pas une opposition constructive.

Vous étiez dans l’AFD présidé par Affi N’Guessan, avant de rejoindre le RHDP à travers Concorde votre parti. Peut-on savoir aujourd’hui le niveau de vos rapports avec le FPI et particulièrement avec Affi N’Guessan?

Watchard Kedjebo:

Sur le plan humain il n’y a aucune animosité entre nous et le 1er ministre Pascal Affi N’Guessan qui est un aîné pour qui nous avons beaucoup de respect et de considération et dont nous saluons l’esprit de compromis et d’ouverture. Sur le plan politique, il est dans l’opposition et nous sommes dans la majorité présidentielle chacun jouant pleinement le rôle qui est le sien.

Que pensez-vous de l’avenir du FPI avec Affi N’Guessan après le départ de Laurent Gbagbo ?

Watchard Kedjebo:

Tout comme vous, nous avons appris que ses anciens camarades de parti lui ont laissé une enveloppe sans contenu, une enveloppe vide. Le temps pourra nous situer. Ce que nous pouvons dire au passage, c’est que la légalité a triomphé sur le désordre. Affi le président légal du FPI n’a pas cédé au chantage de ses ex-camarades qui voulaient le voir partir du FPI comme l’a fait Mamadou Koulibaly en son temps. Avec l’expérience qu’il a, nous pensons qu’il saura donner un nouveau souffle au FPI. Le dernier congrès organisé par le FPI avec la forte mobilisation que nous avons pu voir nous montre clairement que l’enveloppe n’est pas vide et qu’il y a beaucoup de militants qui continuent de croire en Affi N’Guessan. A lui maintenant de faire mentir ses ex-camarades.

Comment va Concorde au sein du RHDP ? Est-il bien ancré sur le terrain ?

Watchard Kedjebo:

Le Congrès pour la consolidation de la paix et du développement (Concorde) sous la conduite éclairée de son président le ministre Alcide Djédjé est membre à part entière du RHDP-unifié et se sent bien dans la famille des Houphouëtistes. Nous sommes en mission sur le territoire national pour porter et vulgariser la vision du chef de l’État auprès de nos populations. Nous avons l’entière confiance du chef de l’Etat et travaillons en bonne intelligence avec les autres membres de la coalition pour faire face aux défis et apporter le bien être à nos populations. Sur le terrain, nos structures de bases continuent leur travail en tenant compte des orientations de notre référent politique SEM Alassane Ouattara.

Quel message adressez-vous aux ivoiriens ?

Watchard Kedjebo:

Je lance un message de paix et de rassemblement autour de la mère patrie. Désarmons nos cœurs, quittons la belligérance et le radicalisme qui nous conduisent vers des lendemains incertains. Travaillons chaque jour pour une Côte d’Ivoire une et indivisible, une Côte d’Ivoire rassemblée. Saisissons la main tendue du président Ouattara qui est une chance pour notre pays. Que chacun s’approprie sa vision de la Côte d’Ivoire solidaire en prenant la place qui est la sienne. Gardons avec jalousie notre climat de paix. C’est l’héritage à nous légué par le père fondateur.

Interview réalisée par Eliezer Rodemi

L’Alliance pour la paix en Côte d’Ivoire salue la reprise du dialogue politique

Bouaké360-Abidjan (Côte d’Ivoire)

L’organisation communautaire Alliance pour la paix en Côte d’Ivoire( APCI), qui regroupe en son sein des ambassadeurs de paix a salué, le samedi 22 janvier 2022, l’idée du gouvernement ivoirien à poursuivre le dialogue politique en Côte d’Ivoire.

L’information a été livrée par le président de l’APCI, Bielé Christ Nourgo, au cours d’un entretien.

 « Il y a des initiatives de rapprochement des leaders politiques, nous encourageons le gouvernement, les formations politiques et les leaders politiques à saisir cette opportunité afin que nous puissions trouver les solutions aux contentieux qui opposent les partis de l’opposition au pouvoir, pour ne pas que le pays retombe dans une autre crise, pour que les élections à venir se passent dans la paix et la tranquillité », a souhaité M. Bielé, espérant que « chacun s’y mette » étant donné que la paix est le second nom du développement.

Avant son message, le président de l’APCI a rendu public l’agenda 2022-2023 de son organisation.

« Nous allons organiser des campagnes de sensibilisation pour le règlement pacifique des conflits, parce qu’en Côte d’Ivoire les crises sont beaucoup politique, aussi sensibiliser nos leaders politiques pour le bien de tout un chacun parce que nous nous projetons dans l’année 2023 du fait des élections municipales et régionales, pour un déroulement pacifique des élections à venir », a-t-il fait savoir.  Poursuivant, il a promis faire en sorte que les ivoiriens puissent prendre part aux votes en s’inscrivant massivement.

A ce sujet, a-t-il ajouté, « nous allons mettre en place un forum qui va réunir les différents leaders des quartiers de Bouaké parce qu’ils connaissent les foyers de tensions».

Pour finir, Bielé Christ Nourgo a exhorté l’ensembles des structures nationales et internationales qui militent pour la cause de la paix à accompagner son organisation dans son projet de maillage de la Côte d’Ivoire.

 L’alliance pour la paix en Côte d’Ivoire (APCI) a vu le jour en 2019 et a pour mission d’œuvrer au rapprochement des ivoiriens et de la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire.

Eliezer Rodemi

Côte d’Ivoire : le Conseil régional du Gbêkê placé sous administration du ministère de l’intérieur

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Le Conseil régional du Gbêkê, dans le centre ivoirien, est désormais placé sous administration directe de l’Etat avec une Commission spéciale présidée par le préfet de Bouaké, a annoncé le mercredi 12 janvier 2022, le porte-parole adjoint du gouvernement ivoirien, Mamadou Touré, à l’issue d’un Conseil des ministres.

Cette commission spéciale, présidée par le préfet, comprend notamment dix membres, indique le décret pris en Conseil, portant mise sous administration directe de l’Etat de Côte d’Ivoire du Conseil régional du Gbêkê. 

M. Touré a rappelé que, compte tenu des dissensions graves au sein des conseillers régionaux du Gbêkê et de l’échec des différentes tentatives de conciliation qui mettent en péril le fonctionnement normal et la gestion du conseil régional du Gbêkê, l’autorité de tutelle avait procédé à la suspension du conseil régional du Gbêkê et à la mise en place d’une délégation spéciale en juillet 2021 pour assurer la continuité des services public.

Le président du Conseil régional de Gbêkê, Mangoua Jacques, a été arrêté dans la nuit du vendredi 27 septembre 2019 puis libéré le mardi 31 mars 2020. Depuis sa sortie de prison, le Conseil régional est en proie à de nombreux conflits internes.

Cheik Koné

RHDP Béré : cohésion sociale et remobilisation au centre d’une tournée de Mepha Dosso à Kongasso

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Le président régional du Béré de l’Union des jeunes du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir), Mepha Dosso, a entamé, le samedi 11 décembre 2021, à Kongasso, département de Kounahiri, une tournée régionale de sensibilisation à la paix et à la cohésion sociale ainsi que de remobilisation des militants de son parti dans cette partie du centre-nord ivoirien.

Mepha Dosso s’adressant à la population de Kongasso

« Quand vous voyez les réalisations du président Alassane Ouattara, c’est parce-que il y’a la paix ; c’est parce-que il y’a l’unité. Si on n’est pas uni, est-ce qu’on peut avoir le développement ? Si aujourd’hui on dit la route de Kongasso va passer par ici et l’autre dit par là. Maintenant ça va passer chez qui ? Donc, on doit éviter cette situation en nous unissant », a rappelé M. Dosso à ses parents de Kongasso.                        

Pour lui, Il faut être d’abord ensemble avant de parler de développement. C’est pourquoi, a-t-il ajouté, le président Alassane Ouattara nous demande de nous mettre ensemble pour que le développement arrive chez nous ».

« Nous disons aux populations et militants de se rassurer et qu’avec le président Alassane Ouattara, nous auront le bitume. Continuer de prier pour le président Alassane Ouattara ! Continuez de prier pour la République de Côte d’ivoire, et pour tous les cadres du Béré pour le bonheur de notre région », a ensuite exhorté le président des jeunes du RHDP Béré.

Poursuivant, il a demandé aux uns et autres de rester tranquille, car selon lui, « la lune sortira où le président Alassane a mis le doigt ». « Soutenez vos enfants ! Soutenez Alassane Ouattara !

 Pour l’union entre nous, je suis prêt à tout. Je suis prêt à demander pardon et accepter le pardon de l’autre. C’est comme ça nous devons vivre », a-t-il indiqué, soulignant que pour part, il ira partout pour la paix.

Pour ce fils de la région du Béré, chaque habitant doit jouer son rôle dans la consolidation de la paix et de la cohésion sociale. Car, a-t-il conclu à l’endroit des populations de Kongasso, « on ne gagne rien dans la mésentente. La désunion nous affaiblit. Seule, l’entente nous permettra d’atteindre nos objectifs ».

AC

Pas de loi sur l’homosexualité en Côte d’Ivoire (Député)

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Le député-maire indépendant de Tiassalé, le journaliste Assalé Tiemoko Antoine, a indiqué, mardi 30 novembre 2021 qu’il « n’y a jamais eu de projet de loi portant homosexualité au parlement » ivoirien.

Une vue de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire

Il s’exprimait sur sa page officielle facebook, au terme de la session plénière du parlement ivoirien, à laquelle il a participé ce mardi matin.

« Il n’y a jamais eu de projet de loi portant homosexualité au parlement. Il n’y a aucune loi dans ce sens en Côte d’Ivoire », a affirmé l’honorable Assalé Tiemoko, dans son texte.

« La notion d’orientation sexuelle, retirée en commission, n’est pas réapparue en plénière comme promis par le commissaire du gouvernement, le 28 septembre. Le texte a donc été adopté à l’unanimité des députés », a-t-il ajouté.

La séance plénière du jour a donc été bouclée, a-t-il fait savoir, après l’adoption à l’unanimité, du projet de loi portant budget 2022 de l’Etat et celui portant code pénal.

« Passons à autre chose », a conclu M. Assalé, en direction des populations, après la vive polémique suscitée par le projet de révision de l’article 226 du Code pénal perçu comme un pas vers la légalisation du mariage des personnes homosexuelles en Côte d’Ivoire.

Hier lundi, à la veille du vote de ce projet de loi, la Fédération évangélique de Côte d’Ivoire (FECI) avait animé une conférence de presse pour faire pression sur les députés. L’organisation religieuse qui soupçonnait une tentative de légaliser l’homosexualité dans le pays, avait invité les députés à maintenir le retrait de la notion d’« orientation sexuelle » dans le texte.

En octobre dernier, les discussions autour de la nouvelle formulation de l’article 226 du Code pénal avaient fait polémiques dans le pays. En cause, l’ajout de l’« orientation sexuelle » dans la définition juridique des types de discrimination. La mouture proposée par le gouvernement à l’origine de cette modification de la loi pénale suggérait de « qualifier de discrimination, toute distinction, exclusion, restriction ou préférence fondée sur l’origine nationale ou ethnique, la race, (…) l’orientation sexuelle (…) qui a pour but de compromettre la reconnaissance, la jouissance ou l’exercice, dans les conditions d’égalité des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans les domaines politique, économique, social, culturel ou dans tout autre domaine de la vie publique ».

Cheik Koné

Bouaké : rentrée politique du COMADE, un mouvement proche du RHDP

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Le Collectif des mouvements et associations pour le développement et l’émergence (COMADE), un mouvement proche du Rassemblement des Houphouëtistes et la démocratie (RHDP, coalition au pouvoir) a effectué sa rentrée politique, le samedi 27 novembre 2021, en présence du ministre des transports, Amadou Koné, représentant le premier ministre, Patrick Achi, patron de la cérémonie.

Le président du Comade, Traoré Fama en bleu à côté du ministre des transports, Amadou Koné en complet gris

C’était à l’espace Alassane Ouattara, au quartier Dar-es-Salam au nord de Bouaké.  Le thème retenu pour cette rentrée politique était : « Quelle contribution des mouvements et associations à la consolidation de la cohésion sociale de la paix pour une Côte d’Ivoire solidaire ».

Dans sa prise de parole, le ministre des transports, Amadou Koné a exhorté les populations à se décliner de toutes formes de division mais de travailler ensemble pour faire avancer la région du Gbêkê.

« Je me réjouis du choix de ce thème car ce dont nous avons besoin ici à Bouaké c’est le développement, la paix et la stabilité afin de créer des conditions d’emplois. Ensemble nous allons travailler pour qu’il ait la paix et la stabilité pour qu’enfin nous puissions redémarrer la construction de Bouaké et la région du Gbêkê », a indiqué le ministre Koné.     « Si on est ensemble quelque soit l’ethnie, la religion et l’endroit où nous vivons, le progrès à Bouaké va continuer », a-t-il poursuivi, invitant les populations à faire confiance au président Alassane Ouattara.

« Mettez l’intérêt de la ville ou de la région avant tout car si nous faisons cela Bouaké continuera sa marche vers le développement. Notre responsabilité est de créer une ville meilleure pour faciliter les conditions d’emplois afin de maintenir notre jeunesse dans notre région et de freiner l’immigration », a insisté le ministre des transports.

Pour sa part, Traoré Sidi Mohammed connu sous le nom de Traoré Fama, président du Comade a indiqué que cette rentrée politique a pour objectif de rendre hommage au président de la république mais aussi d’inviter les mouvements et associations à la consolidation de la cohésion sociale.

« Je voudrais rendre un hommage au président de la république Alassane Ouattara pour les conditions favorables qu’il crée pour l’insertion des jeunes, et ainsi que la promotion des jeunes cadres tant dans le gouvernement que dans l’administration publique ».

Pour lui, les mouvements et associations doivent suivre la dynamique du parti et ne nullement se mettre en dehors. C’est pourquoi, a souligné M. Traoré Fama, « nous Comade réaffirmons notre soutien aux actions du président de la république ».

« Le Comade est résolument tourné vers la promotion des actions de paix et de développement pour la réalisation de la Côte d’Ivoire solidaire. Pour consolider les acquis de cette nouvelle ère, il nous faut œuvrer en tant que jeune et membre des associations au maintien d’un climat apaisé gage d’une durabilité du développement. Nos jeunes devront soutenir la construction et non la destruction tout en privilégiant le dialogue », a t-il conclu.

Cet événement était placé sous le patronage du premier ministre Patrick Achi, sous la présidence du ministre de la communication et des medias, Adama Coulibaly et le parrainage du maire de la commune de Bouaké, Nicolas Youssouf Djibo.

Eliezer Rodemi

Diabo : Diéto Kouamé offre un bâtiment de 3 classes à Yomienkouadiokro

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Le président de l’Association agir pour le Gblo et cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), Diéto Kouamé Marcel dit DKM a offert un bâtiment de trois classes à l’école primaire publique de Yomienkouadiokro, une localité de la sous-préfecture de Diabo.

La cérémonie solennelle de remise des clés de ce bâtiment flambant neuf doublée d’un don de kits scolaires a eu lieu le dimanche 12 septembre 2021, en présence du vice-président du Pdci-Rda, le général Gaston Ouassena Koné, du sénateur Alain Cocautrey ainsi que du doyen Yobouet Lazard et du président de la JPDCI (Jeunesse du PDCI-RDA), Valentin Kouassi. Têtes couronnées, élus, cadres et de nombreuses populations de la localité ont également répondu à cet appel du donné.

L’Association Agir pour le Gblo est une association œuvrant pour le développement économique et social du peuple Gblo. Elle a à son actif de nombreuses actions sociales, dont la plus récente est la remise des clés d’un bâtiment flambant neuf de trois classes offertes par DKM fils de Yomienkouadiokro pour permettre aux élèves de cette localité d’être réguliers aux cours, mettant ainsi fin a la double vacation.

Comme un messie, Diéto Kouamé Marcel vient de donner encore le sourire aux populations de Yomienkouadiokro. Avant la remise de ce bâtiment, le parrain de la cérémonie, le général Ouassena Gaston Koné a demandé aux parents d’inscrire leurs enfants à l’école pour qu’ils soient des leaders de demain.

« A l’endroit des chefs, exigez dans toutes vos circonscriptions l’inscription de vos enfants à l’école, et que les enfants ne viennent plus roder autour des bâtiments de l’école comme l’a dit l’inspecteur. Nous devons faire l’effort pour que nos enfants aillent tous à l’école parce que la loi oblige cela », a-t-il exhorté.

A l’endroit des jeunes, le vice-president du Pdci-Rda a insisté sur la nécessité pour ces derniers de faire en sorte que l’école soit un élément essentiel dans leur vie.

« C’est un exemple que Marcel Diéto Kouamé est en train de donner à vous les jeunes ainsi qu’aux cadres. Faites-en sorte de pouvoir aider les autres dans vos régions parce que nous avons besoin que la Côte d’Ivoire avance. A un moment de la vie il faut pouvoir penser aux autres. Si vous mettez les enfants à l’école, c’est vous-même qui allez profiter », a estimé le général Ouassena, avant d’exhorter les enfants au travail afin de faire partir des meilleurs de ce pays.

Avant l’intervention du parrain, le donateur, Marcel Diéto Kouamé, membre du grand conseil du Pdci-Rda et président du Mouvement des cadres et entrepreneurs engagés (Mcee) Pdci-Rda est intervenu pour planter le décor de la cérémonie.

« La remise des clés d’un bâtiment de trois classes à mon village natal s’inscrit dans les objectifs de l’Association Agir pour le Gblo et cette initiative est la première dans cette localité pour cela je voudrais remercier toutes ces personnes qui ont participées à la réalisation de ce projet. Également je voudrais remercier le Président Henri Konan Bédié notre papa qui a donné son accord pour que cette cérémonie puisse avoir lieu. Mon souhait est de contribuer à la formation de nos futurs cadres », a-t-il déclaré.

A son tour, le sénateur Alain Cocautrey, président des sénateurs du Pdci-Rda, a salué cette initiative.

« Je voudrais saluer les populations rassemblées pour cette grande mobilisation aussi à l’intérêt que vous portez à la question de l’école et de l’éducation de vos enfants. Je veux saluer Diéto Kouamé Marcel pour cette action et Agir pour le Gblo parce que vos actions parlent pour vous. Persévérez dans cet élan. Également, j’appelle les élus et cadres à suivre et à poser des actions comme mon filleul Marcel Diéto pour le développement de la région », a conclu le sénateur Cocautrey.

Fortement représentées à cette cérémonie, les têtes couronnées à travers le chef canton Gblo, Nanan Thomas Bathey a remercié le donateur et a appelé l’ensemble des cadres et élus à suivre cet exemple de Diéto.

Eliezer Rodemi