Au moins 2 soldats Maliens tués dans une nouvelle attaque terroriste à Gao

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Au moins deux soldats Maliens ont été tués et deux autres ont été blessés dans une attaque terroriste ce lundi 7 mars 2022 à Gao, dans le centre du pays, selon un communiqué des Forces armées du Mali (FAMA).

Le bilan provisoire fait état de « neuf morts » côté assaillants et de « deux morts et deux blessés » chez les FAMA, renseigne le communiqué des militaires, rendu public dimanche soir. L’attaque commise par des « groupes armés terroristes » visait les troupes basées à N’Tahaka, à Gao, dans le nord du pays, précise le document.

Cet assaut intervient 3 jours après l’attaque meurtrière de vendredi à Mondoro, dans le centre du Mali, où, une trentaine de soldats Maliens avaient été tués par des terroristes.

Parmi les djihadistes neutralisés, après l’attaque de Gao, poursuit la note des forces armées maliennes, figurent « certains leaders terroristes ». Il s’agit notamment, selon l’Etat-major des FAMA, des Nigériens « Iboune Ibrahim et Malam Aboubacar », des Burkinabè « Alfousseny Barry, Iboune Younoussa alias Bobala et Nouhoum Dicko » et des Maliens « Hassani Barry, Amadou Dicko et Ague Issa ».

Cheik Koné

Effondrement d’un immeuble à Abidjan : 34 victimes dont 13 évacuées, 17 mises en sécurité et 04 décédées (Bilan provisoire)

Bouaké360-Abidjan (Côte d’Ivoire)

L’effondrement d’un immeuble R+4 habité, survenu dans la nuit dimanche, à Cocody 8e Tranche, dans l’Est d’Abidjan, a fait 34 victimes dont 4 décédées, 13 évacuées dans des hôpitaux et 17 mises en sécurité, selon un bilan provisoire du Groupement des sapeurs-pompiers militaires (GSPM) de Côte d’Ivoire, établit dans la mi-journée ce lundi 7 mars 2022.

L’effondrement de cet immeuble survenu dans la nuit de dimanche à lundi au quartier Cocody Angré 8ème Tranche (non loin de CGK), a fait 34 victimes au total, dont 13 évacuées aux CHU d’Angré et de Cocody ainsi que dans une clinique privée.

Ce drame intervient neuf jours seulement après l’effondrement d’un autre immeuble à Treichville dans le Sud d’Abidjan.

Dans la nuit du 26 au 27 février 2022, un immeuble R+7 en construction à Treichville s’était effondré sur des habitations, faisant 7 morts, 22 blessés et plus de 100 personnes déplacées.

« Une enquête est lancée. La loi s’appliquera dans toute sa rigueur », a déclaré le premier ministre Patrick Achi après une visite sur le lieu du drame.

Cheik Koné

Drame : 4 morts dans un appartement à Abidjan

Bouaké360-Abidjan (Côte d’Ivoire)

Au moins quatre personnes sont décédées ce mardi 11 janvier 2022 à la suite d’un malaise collectif dans un appartement à Koumassi, dans le sud d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne, rapporte une note du Groupement des sapeurs pompiers militaires (GSPM).

« 16h45 ce jour, alerte pour plusieurs personnes prises de malaise dans un appartement, Koumassi quartier Divo près du centre communautaire », indique le texte des sapeurs pompiers.

A l’arrivée, « 05 victimes (ont été constatées) dont 04 décès certains et 01 dans le coma », ajoute le GSPM, soulignant que les victimes présentaient des vomissures et des selles pour la plupart.

La victime comateuse conditionnée par le médecin de garde a été évacuée au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Treichville par l’ambulance de réanimation 11. La police et la gendarmerie ont été déployées sur les lieux, conclut le document du GSPM.

Cheik Koné

Accident sur l’axe Soubré-Gagnoa : 7 morts et 45 blessés enregistrés selon le ministère des transports (Communiqué)

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Ce mercredi 22 décembre 2021, aux environs de 15 heures, dans la localité de Liliyo, à 46 kilomètres de Soubré, sur l’axe Soubré-Gagnoa, est survenu un accident de la voie publique faisant 07 tués et 45 blessés, ainsi que d’importants dégâts matériels.

Le Ministre des Transports exprime les sincères condoléances du Gouvernement aux parents des victimes décédées et formule des vœux de prompt rétablissement aux blessés qui ont rapidement été pris en charge par les services de secours et de santé.

Le Ministre des Transports, aussitôt informé de la gravité de l’accident, a instruit ses services, notamment le Bureau des Enquêtes et Analyses Accidents, en vue de faire une enquête administrative et technique pour déterminer les circonstances de l’accident et circonscrire les responsabilités.

Selon les premiers rapports, il ressort que cet accident a impliqué trois (03) véhicules : deux autocars de la société SBTA et un ensemble articulé composé d’un tracteur routier et d’une semi-remorque.

Le Ministre tient à féliciter les forces de l’ordre, les pompiers civils et les agents de santé, pour la promptitude avec laquelle ils ont réagi après le drame, permettant ainsi de sauver des vies.

En cette période de fêtes de fin d’année qui donne lieu à un intense trafic de passagers et de marchandises, avec un flux important de véhicules sur les routes, le Ministre des Transports invite les transporteurs, les conducteurs et l’ensemble des usagers de la route à la prudence et au strict respect des règles de la circulation routière.

Fait à Abidjan, le 22 décembre 2021

Le Ministre des Transports

Amadou KONE

Côte d’Ivoire : 2 morts après une intoxication alimentaire dans un camp de prière à Yopougon

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Au moins deux personnes sont décédées et plusieurs autres ont été évacuées d’urgence à l’hôpital ce mardi 21 décembre 2021, à la suite d’une « intoxication alimentaire » dans un camp de prière à Yopougon, dans la capitale économique ivoirienne, a appris bouake360 de source sécuritaire.

« Ce jour 06h05, alerte pour des personnes prises de malaises, Yopougon route Dabou, km 17 ancien corridor. A l’arrivée il s’agit de plusieurs personnes intoxiquées dans un camp de prière », indique le Groupement des sapeurs pompiers militaires (GSPM) de Côte d’Ivoire, dans un communiqué.

Selon la note des sapeurs pompiers, le bilan de ce drame fait état de 18 victimes dont 2 décès certains et 5 cas graves.

Les victimes ont été évacuées en réanimation au CHU de Treichville et à l’hôpital général de Port-Bouet, ajoute le texte.

Cheik Koné

Côte d’Ivoire : 3 décès dans un accident sur l’axe Djebonoua-Tiebissou

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Au moins trois personnes ont été tuées et vingt-neuf autres ont été blessées, dans la mi-journée du lundi 20 décembre 2021, dans un accident de la circulation routière impliquant un minicar de transport et un véhicule de particulier sur l’axe Djebonoua-Tiebissou, dans le centre ivoirien.

L’information a été donnée par le Groupement des sapeurs pompiers militaires (GSPM) de Côte d’Ivoire.

« Lundi 20 décembre 12H40, alerte pour un accident de circulation route Tiebissou 02 km après Djebonoua. A l’arrivée Il s’agit d’une collision entre un minicar de transport et un véhicule de particulier », indique le GSPM dans un communiqué.

Selon les soldats du feu, le bilan provisoire de l’accident fait état de 32 victimes dont 10 cas graves et 3 décès certains.

Toutes les victimes ont été transportées au Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Bouaké, dans la capitale régionale du Gbêkê, conclut la note des sapeurs pompiers.

Cheik Koné

Bouaké : une voiture prend feu en plein cœur d’Ahougnansou

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Un incendie a détruit une voiture en début de soirée ce vendredi 20 aout 2021 sur le boulevard de la reine Pokou, au quartier Ahougnansou, a constaté Bouake360 sur place, dans cette banlieue à l’ouest de Bouaké.

Il s’agit d’une Peugeot 406 de couleur bleue. L’incendie s’est déclenché aux environs de 18 heures 30 minutes en plein boulevard au grand feu d’Ahougnansou. Selon des témoignages recueillis sur place, le véhicule alors en pleine circulation avait réussi à s’immobiliser vers le maquis Cabri avant le déclenchement des flammes. Le conducteur accompagné d’un enfant en sont sortis sain et sauf.

Des témoins de la scène ont alors accouru de partout pour tenter de circonscrire les flammes avant l’arrivée des sapeurs-pompiers.      

Aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée au bout de ce drame en plein cœur du quartier Ahougnansou, dans la périphérie ouest de la deuxième ville ivoirienne.

Eliezer Rodemi

La députée de Gohitafla « attristée » après le suicide d’un élève de sa circonscription

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

La députée de Gohitafla, Manfla et Manminigui sous préfectures, Naya Karis Zamblé a dit avoir le « cœur attristé » quelques heures après « le décès tragique » d’un élève de sa circonscription électorale, retrouvé un peu plus tôt dans la matinée du mardi 15 juin 2021, pendu au sommet d’un arbre.

« C’est le cœur attristé que j’apprends le décès de Djè Bi Djè Innocent, élève en classe de troisième au lycée moderne BAD de Gohitafla dans des circonstances tragique », a-t-elle écrit sur sa page officielle facebook.

En effet, poursuit la jeune députée de 26 ans, « l’élève Djè Bi Djè Innocent se serait ôté la vie ce mardi 15 juin 2021, après avoir été pris en flagrant délit de tricherie, au cours de l’examen national du BEPC ».

Face à cette tragique circonstance, conclut-elle, « je présente mes condoléances les plus attristées à sa famille biologique, ainsi qu’à tout le département de Gohitafla. Puisse son âme reposer en paix ».

La députée de Gohitafla Naya Karis Zamblé

Ce mardi matin aux environs de 09h30 Gmt et heure locale, le corps sans vie de l’élève de 14 ans, Djè Bi Djè Innocent a été retrouvé pendu au sommet d’un arbre tout juste derrière la clôture du lycée BAD, où il était convoqué pour son examen du Brevet d’études du premier cycle (BEPC).

Selon plusieurs témoignages concordants, l’infortuné élève aurait été pris avec un téléphone portable lors de la première journée de la composition de l’examen du BEPC. Ce mardi, 2è jour de composition, il se serait encore rendu dans son centre de composition, espérant pouvoir accéder à la salle. C’était sans compter avec l’opération zéro tolérance mis en place par la nouvelle ministre de l’éducation nationale, Mariatou Koné pour lutter contre la fraude et la tricherie. Il se fait alors expulsé une seconde fois par les examinateurs.

La lettre laissée par Innocent avant son suicide

Tout s’enchaine alors dans la tête du jeune élève. Il se précipite dans la broussaille à quelques encablures de l’école, gribouille dans un français approximatif sur deux bouts de papiers, les raisons de l’acte abominable qu’il s’apprêtait à accomplir. La suite des événements laisse perplexe et sans voix. Djè Bi Djè Innocent n’a pas été innocenté, avant de s’être donné la mort par pendaison parce qu’il ne voulait pas partir en prison comme signifié dans la lettre d’adieu qu’il a laissée à des parents et amis inconsolables. La ville de Gohitafla et la Côte d’Ivoire tout entiere reste encore ce mardi soir sous le choc de ce drame digne d’un scenario Nollywoodien.

Cheik Koné