Bouaké : l’ONG AFES lance une collecte de livres pour le centre culturel Jacques Aka

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Le président du conseil d’administration (PCA) de l’Organisation non gouvernementale (ONG) Afrique Espoir (AFES), Kouakou Marcellin a procédé le vendredi 22 avril 2022 à Bouaké au lancement d’une opération de collecte de livres pour la bibliothèque du centre culturel Jacques Aka.

Le PCA de l’ONG AFES, Kouakou Marcelin en costume à gauche et le directeur du centre culturel Jacques Aka, Koua Honorat Comoé à droite

L’annonce a été faite au siège de ladite ONG au quartier N’Dakro, en présence du directeur du centre culturel Jacques, Koua Honorat Comoé.

Selon M. Kouakou Marcellin, cette activité de collecte de livres débutera ce mardi 26 avril 2022 et rentrera dans sa phase active le samedi 7 Mai prochain.

« Nous estimons que les enfants qui n’ont pas accès aux livres, est une irrégularité de carence parce qu’il y’a des parents, après l’inscription n’ont plus les moyens. Pourtant si la bibliothèque est mise à nouveau, c’est un acte à soutenir. Nous allons faire l’effort parce que nous voulons donner l’exemple », a fait savoir Kouakou Marcelin premier responsable de l’ONG AFES par ailleurs directeur des établissements Henri Poincaré.

Pour lui, cet élan se doit être un évènement à s’approprier.                                              « À l’endroit de tout le monde, nous attendons vos dons. Nous souhaitons que toute la population se mobilise comme un seul homme pour contribuer à cette opération quand elle sera lancée. Que chaque personne de bonne volonté contribue selon ses moyens parce que l’action que nous allons poser, les bénéficiaires sont nos enfants de la Côte d’Ivoire et de toute l’Afrique », a-t-il fait remarquer.

« C’est une opération qui va permettre à nos enfants d’aller apprendre à lire et aimer la lecture. On dit souvent que nos enfants ne lisent pas mais où est le livre ? Mettons le livre à la disposition et nous verrons s’ils aiment lire ou pas », dira-t-il ensuite.

Heureux pour sa part, de voir qu’une structure non gouvernementale veut doter sa bibliothèque en ouvrages scolaires, l’administrateur culturel Koua Honorat Comoé, premier responsable du centre culturel Jacques Aka, a dit tout le bien que le livre apporte à l’éducation de la société.

« Nous appelons la population à considérer le livre comme une richesse, parce que tant que les populations ne sauront pas que le livre est une richesse, le livre ne pourra pas avoir un impact sur nous. Le livre est un élément de développement et d’instruction. Notre politique est d’amener la population à l’amour de la lecture. Nous allons travailler et attirer l’attention de tous pour que la bibliothèque soit visitée, parce que la bibliothèque c’est le temple du savoir. Le livre est important et cette activité arrive à point nommé et la Côte d’Ivoire a une politique du livre bien établie », a-t-il indiqué.

 Le centre culturel Jacques Aka compte trois types de bibliothèques, la bibliothèque universitaire, la bibliothèque adulte et enfantine.

 L’ONG Afrique espoir, a pour objectif de faire la promotion de la démocratie, de la paix et de la cohésion sociale ; la formation et l’insertion socio professionnelle des jeunes ; la promotion du genre et la santé de la reproduction; la promotion de la sécurité alimentaire…

Eliezer Rodemi

Lancement à Bouaké de la 3ème édition des festivités du club presse Image d’Afrique

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

La 3e édition des festivités du club Presse Image d’Afrique a été officiellement lancée le mardi 12 avril 2022 à Bouaké, dans la deuxième ville ivoirienne.

C’était à l’occasion d’une rencontre d’échange entre acteurs et partenaires de cet événement culturel qui promeut la lecture et l’entreprenariat en milieu scolaire. Le président du comité d’organisation (PCO), Kouakou Kan Sébastien a rassuré au cours de la réunion, de la tenue effective des festivités de l’édition 2022 du club presse qui aura lieu le vendredi 27 Mai 2022 au centre culturel Jacques Aka de Bouaké. Placée sous le thème : « l’apport de la lecture à mon évolution professionnelle à l’ère du numérique », cette 3e édition se veut innovatrice notamment avec la participation de jeunes auteurs en herbe. Elle entend également créer un pont entre la lecture et le numérique.

Selon le PCO Kouakou K. Sébastien, après la réussite de la 2ème édition qui avait mobilisé plus de 2000 élèves et étudiants et une vingtaine d’auteurs de la sous-région en 2021, place donc à la 3ème édition des activités du club presse qui recevra plus de 2500 participants.

« A la 2ème édition nous étions à environ une vingtaine d’auteurs, à cette édition nous comptons aller au-delà parce qu’il y’a plusieurs partenaires qui ont commencé à se signaler au niveau des panélistes et du jury. Comme l’ONG Image d’Afrique, c’est bien le faire, cette année nous allons innover en axant nos actions sur les auteurs en herbe pour montrer que la relève doit être assurée », a-t-il annoncé.

« Aujourd’hui nous procédons au lancement des activités du club presse sans moyens et nous avons bon espoir que les partenaires vont réagir et nous souhaitons à l’horizon avoir d’autres partenaires financiers pour la réussite de cet évènement pour le bonheur de nos jeunes frères », a-t-il relevé, ajoutant que « l’année passée nous avons pu inculquer l’amour de la lecture et l’excellence à des milliers d’étudiants et élèves et cette année nous allons faire encore plus ».

Prenant la parole à son tour, la vice-présidente du comité d’organisation, Mlle Silué Bénédicte a révélé que le club presse bénéficie du partenariat de plus d’une trentaine d’écoles principalement issues des Dren 1 et 2 de Bouaké.  

« Au cours de ces festivités nous aurons, des panels, un don de sang, des jeux concours, des stands où les œuvres des auteurs seront exposées, et la cérémonie de distinction qui se déroulera dans la soirée du vendredi et va clôturer cette 3ème édition », a-t-elle précisé.

L’ONG Internationale Image d’Afrique conduite par le journaliste Tuo Tchang, a pour objectif d’inculquer l’amour de la lecture aux plus petits à travers le club presse et certaines activités éducatives en vue de relever le niveau de langue française en milieu scolaire. Image d’Afrique est une structure de communication qui s’est imposée grâce à son activité intitulée Club Presse qui est une lucarne qui permet aux élèves d’exposer sur différentes œuvres littéraires des écrivains connus d’Afrique.

Eliezer Rodemi

1ère édition de  »Agwa festival nanan agni » : 3000 participants attendus le samedi 19 février à Bouaké (Organisateurs)

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Plus de 3000 participants sont attendus, le samedi 19 février 2022 à Bouaké, dans le centre ivoirien, à l’ouverture de la 1ère édition de  »Agwa festival Nanan Agni », selon les organisateurs de cet événement culturel qui promeut la cohésion sociale, le vivre ensemble communautaire et la paix dans la région de Gbêkê.

Photo d’archive de l’édition 0 en 2020. Le PCO Kouakou-Habonouan en pantalon blanc au centre

Après l’édition zéro, place à la 1ère édition  »Agwa festival Nanan Agni » qui se tiendra au stade de Konankankro dans la capitale de la paix à Bouaké, en présence des autorités traditionnelles, les chefs de communautés et les différentes couches sociales. Pour faire de ce rendez-vous culturel, un véritable succès, le comité d’organisation est à pied d’œuvre. Il ne cesse de multiplier les initiatives dans ce sens à travers plusieurs rencontres.

Pour le président du comité d’organisation (PCO), Louis Kouakou-Habonouan, cet événement qui se veut un creuset de cohésion sociale, du vivre ensemble communautaire et de paix dans la région de Gbêkê, attend plus de 3 000 participants.

<< Agwa festival Nanan Agni dont l’édition zéro s’est tenue en 2020 à Kouassiblékro dans le canton Faafouè, valorise et met en exergue la culture, les us et coutumes, les pratiques et traditions des deux grandes communautés baoulé et Malinké qui peuplent la région de Gbêkê. Il prône les idéaux et les valeurs cardinales de l’Houphouëtisme vrai>>, a fait savoir le PCO Kouakou-Habonouan, par ailleurs président du conseil d’administration (PCA) de l’Office national de l’eau potable (ONEP).  Il a ajouté que cet événement ouvrira également une lucarne pour les populations afin d’exprimer leur profonde gratitude et leur infinie reconnaissance au président de la République, Alassane Ouattara pour tous les projets de développement réalisés, en cours et à venir dans le Gbêkê.

Pour cette édition qui va se tenir dans le canton Pharis, des échanges de vœux de nouvel an auront lieu entre les différentes couches sociales, les élus, les cadres et la chefferie traditionnelle de Gbêkê.

Eliezer Rodemi

Bouaké/ Club presse Image d’Afrique : des innovations annoncées pour la 3ème édition prévue le 27 mai

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Des innovations majeures sont annoncées pour la 3e édition du « Club presse image d’Afrique », prévue le 27 mai 2022, a annoncé le promoteur de l’événement culturel, le journaliste Tuo Tchang.

Tuo Tchang, le promoteur du « Club presse Image d’Afrique » pour la promotion de la lecture, du civisme et de l’entrepreneuriat auprès des élèves

M. Tuo s’exprimait le vendredi 21 janvier 2022 à l’occasion d’une rencontre avec la presse au siège de l’ONG internationale Image d’Afrique au quartier Ahougnassou à Bouaké, dans la capitale régionale du Gbêkê.

L’innovation de cette 3e édition va porter sur « la mise en place d’une vaste campagne de regroupement sur différentes thématiques. La lecture n’est plus au programme et avec le numérique nos enfants rencontrent des difficultés », a fait savoir M. Tuo. C’est d’ailleurs pour cela, dira-t-il, que « nous avons initié le Club presse pour permettre aux enfants d’avoir l’amour de la lecture. Nous les formons également sur l’entrepreneuriat, le civisme, la communication etc. Cela va permettre de renforcer le système éducatif dans nos écoles en formant des futures jeunes à avoir un bagage intellectuel partout en Afrique parce que notre souci c’est l’Afrique ».

Poursuivant, Tuo Tchang a insisté sur le fait que c’est avec beaucoup de difficultés qu’il a organisé les deux éditions précédentes de cet événement. Pour cette édition 2022, il en appelle donc au soutien des partenaires financiers et techniques pour « une belle réussite pour le bonheur de tous ».

« Nous rencontrons d’énormes difficultés. Nous n’avons pas de budget et le budget pour la tournée dans la région tourne autour de 222 millions FCFA. Nous appelons à l’aide. Nous demandons aux bailleurs internationaux et nationaux, à nos différents ministères et aux personnes de bonne volonté de nous venir en aide », a plaidé le nominé au prestigieux concours « Awards Wecanda » qui encourage et valorise l’entrepreneuriat africain.

Pour lui, « nous sommes des jeunes et à travers ce projet nous pouvons créer des emplois directs et indirects à des centaines de jeunes. Nous pouvons valoriser l’école ivoirienne en renforçant le système éducatif de l’Afrique. C’est une autre génération que nous sommes en train de fabriquer. Nous demandons à Madame la ministre de l’éducation nationale de nous donner cette autorisation qui nous fera connaitre officiellement et qui va nous permettre d’être en contact avec des partenaires financiers et aux autorités de la ville de nous ouvrir leurs portes ».

L’ONG Image d’Afrique dirigée par Tuo Tchang est la structure de communication organisatrice de l’activité « Club Presse ». Ce projet culturel qui est a sa 3e édition cette année, a pour objectif de promouvoir la lecture, le civisme et l’entrepreneuriat auprès des élèves de Côte d’Ivoire.  

Eliezer Rodemi

Côte d’Ivoire/ Cinéma et Audiovisuel : la FIPCA décline son plan d’action 2022

Bouaké360-Abidjan (Côte d’Ivoire)

La Fédération Ivoirienne des Professionnels du Cinéma et de l’Audiovisuel (FIPCA) a décliné, le samedi 8 Janvier 2022, son plan d’action et sa feuille de route pour l’année 2022.

C’était à l’occasion de la toute première réunion du bureau exécutif de cette jeune association regroupant les professionnels du 7è Art en Côte d’Ivoire. La rencontre qui s’est tenue, dans un restaurant de la place à Abidjan Cocody- Angré a été le lieu pour le président de la FIPCA, le cinéaste Olivier Koné, de proposer un plan d’action pour sa mandature.

Validé à l’unanimité par les membres de son bureau, ce plan d’action se décline en 8 points, selon le communiqué qui a sanctionné la réunion.                                                                                                      Il s’agit entre autres de la présentation de la FIPCA à la tutelle, notamment à la ministre de la culture et des Industries des arts et du spectacle, Arlette Badou N’Guessan Kouamé, l’organisation de la cérémonie d’investiture de la FIPCA, une rencontre avec toutes les associations et institutions œuvrant dans le secteur du cinéma et de l’audiovisuel et l’organisation des États Généraux du cinéma et de l’audiovisuel ivoirien.

Une rencontre avec les décideurs politiques, la signature de conventions visant à rendre accessible la production aux membres de la FIPCA , l’expérimentation d’une nouvelle approche de production par l’association des compétences, et par la coproduction portant sur une série télé, ainsi que l’organisation d’un concours annuel de détection de talents à travers un pitch dénommé #LE_GRAND_PITCH_D_ABIDJAN (un laboratoire d’incubation d’auteurs prometteurs), figurent également en bonne place dans le chronogramme des actions de la FIPCA.

La FIPCA a été portée sur les fonds baptismaux à l’issue de son Assemblée générale (AG) élective du 25 octobre 2021.

Le scénariste et réalisateur Koné Olivier Mèlèhè alias Olivier Koné Cinéaste a été élu à cette occasion en tant que le tout premier président de cette fédération regroupant les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel en Côte d’Ivoire.

Cheik Koné

Décès de S Kelly : « nous devrons nous réjouir » l’artiste avait annoncé sa mort, estime son manager Scovik1

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Décédé le mois dernier, l’artiste du coupé décalé S Kelly a reçu son dernier bain de foule le Samedi 11 septembre 2021 à la morgue de Bouaké, en présence de son épouse, du ministre Amadou Koné ainsi que de ses parents et amis.

A cette occasion, le manager de l’artiste, Scovik1 a estimé que le décès de S Kelly ne doit en réalité affecter personne. Car selon lui, l’oiseau rare avait annoncé sa mort qui devrait être un moment festif et de réjouissance.

 « S Kelly nous a dit que sa mort sera un moment de joie. Il a dit que s’il tombe, il rentre à la maison. Donc je crois bien que l’artiste se repose au paradis. C’est en quelque sorte ce qui nous donne la force de nous retenir contre les lamentations et les pleurs incessants », a-t-il soutenu. Le manager du fils d’Abla Pokou a ensuite loué les mérites de l’illustre disparu.

« Parfait Taregue était un grand monument. Il était très intelligent. Il anticipait les choses. Bien malheureusement, il n’a pas pu achever le dur labeur qu’il a commencé. Je peux dire que l’histoire dira que le monde musical a perdu l’un des ses meilleurs artistes. Je répète, S Kelly a marqué son temps », s’est-il rejoui.

Adressant par la suite, ses condoléances à la famille biologique, ainsi qu’à la famille du showbiz ivoirien, Scovik1 les a invités à garder la paix du cœur car son artiste vit toujours à travers la touche spéciale qu’il a donnée à la musique.

« Mon artiste vit, ses œuvres parleront plus fort et feront entendre sa voix » a-t-il assuré.

Eliezer Rodemi

Ouverture à Bouaké de la 3ème édition de la fête de la Daba

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

La 3è édition de la fête de la Daba s’est ouverte le vendredi 3 septembre 2021 à Minankro, un village périurbain situé au nord de la ville de Bouaké.

A l’initiative de l’association  »Edjou Eyo » (en langue Baoulé) et qui veut dire « levons nous pour faire », la fête de la daba se veut selon ses organisateurs, un tremplin pour honorer les braves cultivateurs de Minankro en particulier et de toute la Côte d’Ivoire en général. Cette 3è édition de ce festival de la reconnaissance au bras nourriciers s’est déroulée sur le terrain du groupe scolaire du village en présence des chefs traditionnels et de plusieurs présidents d’associations de la localité.  

Placée sous la tutelle du ministre de la culture et de l’industrie des Arts et du spectacle, Mme Harlette Badou N’Guessan Kouamé et parrainée par le maire de Bouaké, Nicolas Youssouf Djibo, cette édition 2021 de ce festival a ouvert ses portes le vendredi 3 septembre pour s’achever le dimanche 5 septembre 2021 autour du thème central : « Entreprenariat jeune, la terre ne trahit jamais ».

Le président de l’association Edjou Eyo, N’Guessan Kouadio Hermann dans son intervention à la cérémonie d’ouverture a expliqué que le festival de la daba vise à honorer les braves cultivateurs de Minankro.

« Ce festival est une occasion de rendre hommage à nos parents cultivateurs car le succès de la Côte d’Ivoire repose sur l’agriculture. Le thème de cette troisième édition est une interpellation que nous faisons à nos jeunes frères de retourner à la culture de la terre », a exhorté M. N’Guessan.

Pour lui, « l’exode rural n’est pas la solution car peu importe là où l’on se trouve nous consommons les produits de la terre ».

« Les fonds recueillies pendant ce festival permettrons d’offrir des kits scolaires aux élèves de Minankro », a-t-il par la suite précisé avant de lancer son message.

« Je demande aux autorités de nous aider et de nous accompagner car nous avons du matériel pour travailler. Aujourd’hui nos populations sont vieillissantes alors ils n’ont plus la force pour labourer le sol alors nous demandons des produits phytosanitaires et autres », a-t-il sollicité.

A sa suite, le délégué de la mutuelle de Minankro, N’Guessan Kouadio Hermann a également exhorté la jeunesse ivoirienne à retourner à la terre.

« Ce festival est une bonne chose car il permet de reconnaître les efforts abattus par ceux qui cultivent la terre. La ville n’est pas l’Eldorado alors que la jeunesse prenne conscience de l’importance à cultiver la terre », s’est-il exprimé.

Un défilé des paysans a marqué le clou de cette 3è édition de la fête de la daba à Minankro.

Eliezer Rodemi

Décès à Bouaké de l’artiste ivoirien SKelly (Proches)

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

L’artiste ivoirien Couper Décaler, Parfait Francis Taregue alias Skelly est décédé ce mercredi 25 aout 2021 à Bouaké, dans la deuxième ville ivoirienne des suites de maladie.

Selon des sources proches de sa famille, le chanteur de Couper Décaler s’est éteint dans une clinique de Bouaké, où les médecins avaient diagnostiqué quelques jours plus tôt qu’il souffrait d’un cancer du poumon.

Féru de buzz, le bouillant et imprévisible Skelly avait fini par gagner le cœur des internautes à la suite de sorties les plus fracassantes les unes que les autres sur les réseaux sociaux. L’oiseau rare comme il se faisait appeler n’hésitait pas à se mettre en scène dans des situations déconcertantes. On l’avait vu tourner un clip vidéo en plein cimetière avec sa danseuse ou en train de prendre un bain rituel en pleine rue tard la nuit.

Ces derniers temps, il s’était fait le chantre d’un retour aux valeurs ancestrales africaines, faisant la promotion des plantes médicinales ou de rites sacrificiels.

Dans un dernier post publié sur sa page officielle facebook, Skelly Taregue avait annoncé qu’il était malade, espérant mourir parce que « fatigué de la méchanceté de la terre ».

« Seigneur tue moi ne me laisse pas guérir je t’en prie que cette maladie m’emporte dans ma tombe », avait-il écrit.

Eliezer Rodemi et Cheik Koné

Ouverture à Botro de la 3e édition du FICAB

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

La 3e édition du Festival international de la culture et des arts de Botro (FICAB) s’est ouverte ce jeudi 12 aout 2021, en présence des autorités administratives, politiques et coutumières du département, composé des sous-préfectures  de Botro, Diabo, Languibonou et Krofoinssou.

Placé sous le parrainage du directeur général du trésor et de la comptabilité publique, Assahoré Konan Jacques, ce festival s’inscrit selon ses organisateurs, dans le cadre de la pérennisation de l’art et la culture ivoirienne dans la région de Gbêkê et plus précisément dans le département de Botro.  

Prenant la parole à la cérémonie d’ouverture, le commissaire général du FICAB, N’Guessan Amani Emmanuel a longuement remercié le parrain avant de situer le cadre de cette 3e édition.

« Je vous prie de bien vouloir dire au parrain notre infinie reconnaissance. Ce festival a été créé pour mettre en valeur notre patrimoine, ce riche patrimoine culturel, gastronomique et environnemental de notre département », a-t-il indiqué.

« Nous ferons en sorte que tous ceux qui étaient morts soient ressuscités. A travers ce festival nous pensons faire de cela notre café cacao », a conclu le commissaire général N’Guessan Amani.

A son tour, le représentant du parrain, Theophile Anoh s’est également réjoui au nom de son mandant, pour cette belle initiative culturelle qui fait la promotion du département de Botro.

« Nous voici ensemble réuni pour célébrer ce qui nous reste. Je partage avec le parrain de cette cérémonie Jacques Konan Assahoré l’idée que la culture précède le développement économique et social parce que si vous ne savez pas d’où vous venez, vous ne saurez pas où vous partez », a-t-il fait remarquer avant de s’adresser aux organisateurs.

« Il faut savoir d’où on vient et les jeunes gens qui ont eu l’initiative d’organiser ce festival sont à encourager pour la simple raison que nous partageons leurs idéales de développement à partir de la promotion de la culture et des arts de notre région » a ajouté M. Anoh, qui est par ailleurs le directeur des affaires administratives et financières de l’inspection générale d’État à la présidence de la république.

Place fut ensuite donnée au secrétaire général de la préfecture de Botro, Zigré Dabré en vue de procéder à l’ouverture officielle du FICAB 2021 qui refermera ses portes ce samedi 14 aout 2021.

Des prestations d’artistes et des visites de stands sont entre autres quelques activités inscrites au menu de cette 3e édition du FICAB.

Eliezer Rodemi

Développement du football et de la culture à Bouaké depuis 1956 : les anciennes gloires célébrées par la municipalité

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

La commune de Bouaké a rendu hommage aux personnes ayant contribué à l’essor de son football et de sa culture, depuis la période de l’indépendance.

Samedi soir, au quartier Kennedy en présence des hôtes venus de Ziguinchor, à l’occasion du gala de remise des trophées aux équipes vainqueurs du tournoi communal de football édition 2021, ce sont près d’une vingtaine d’anciens footballeurs et anciens musiciens qui ont été fêtés par l’équipe municipale dirigée par le maire Nicolas Djibo.

Parmi les récipiendaires, on a pu reconnaître Konaté Adaman dit « Adama Poitrine » qui a fait les beaux jours de l’USRAN dans les années 1965, 1970, Diabaté Mamadou qui a joué avec l’équipe de Gonfreville dans les années 1976, Salif Sangaré, Kouamé Bah et Kaboré Daouda vainqueurs de la coupe nationale de Côte d’Ivoire en 1987 avec l’ASCB. Salif Sangaré ira par la suite à l’ASEC, sous l’ère Philippe Troussier.

Pour le maire Nicolas Djibo, « Il s’agit pour toute la ville de Bouaké, en particulier les générations actuelles, de leur témoigner la profonde reconnaissance pour les précieux services rendus en faveur du rayonnement culturel et sportif de cette ville. Ils ont porté haut, en son temps, les couleurs de notre cité partout où besoin se faisait sentir, nous avons en retour pour eux, une place de choix dans nos cœurs ».

S’agissant du tournoi communal de football, remporté par l’équipe de l’Efodas au détriment de celle de l’Inter, le maire a salué l’esprit du vivre ensemble qui a prévalu.

Poursuivant M. Djibo a tenu à féliciter les partenaires et opérateurs économiques pour leurs contributions au succès du tournoi.

« Si ce tournoi s’est aussi bien déroulé, c’est grâce à votre précieux concours et votre inestimable soutien. En acceptant de nous accompagner, vous avez permis à notre rêve de s’approcher encore plus près de la réalité », a-t-il réitéré, soulignant que cette gratitude ne saurait être passée sous silence.

« Recevez alors notre grand merci du fond du cœur, et, à travers moi, retrouvez les remerciements de toutes les populations de Bouaké, particulièrement des anciennes gloires de la culture et du football. Par votre soutien, vous nous avez aidés à leur témoigner la reconnaissance de cette cité pour les précieux services rendus en faveur du rayonnement culturel et sportif de cette ville », a poursuivi le maire de Bouaké.

Entre vous et nous, dira-t-il ensuite « l’aventure ne fait que commencer. La prochaine édition, la barre doit être encore plus haute. C’est pourquoi la reconduction du capital confiance, entre vous et nous, se pose comme une nécessité vitale. Nous comptons sur vous, et, nous sommes sûrs que vous ne nous laisserez pas tombés ».

Prenant la parole à son tour, Adama Kéita, le vice-président des clubs de Bouaké a particulièrement remercié le 5ème adjoint au maire, Diaby Aboubacar, le président du Comité d’organisation du tournoi communal.

Sous-direction de la communication Mairie de Bouaké